Agression d'un prof juif à la machette : l'ado sera jugé pour tentative d'assassinat terroriste

Agression d'un prof juif à la machette : l'ado sera jugé pour tentative d'assassinat terroriste

FAITS DIVERS
DirectLCI
JUSTICE - L'agression remonte au 11 janvier 2016. Un prof juif était agressé à Marseille par un ado de 15 ans. Le jeune homme vient d'être renvoyé devant le tribunal pour enfants pour tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste.

Yusuf K., 15 ans, sera jugé devant un tribunal pour enfants pour tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste. La juge d'instruction a également retenu la qualification antisémite des faits, précise une source judiciaira, confirmant une information de nos confrères de La Provence. Le jeune homme radicalisé s'était jeté, armé d'une machette, sur un professeur juif qui portait la kippa, Benjamin Amsellem, le 11 janvier 2016. Ce dernier avait été légèrement blessé.


L'adolescent, qui n'avait pas d'antécédents judiciaires et n'était pas dans le radar des services de renseignements, avait rapidement indiqué aux policiers avoir agi "au nom d'Allah" et du groupe Etat islamique (EI). De fait, l'enquête avait été confiée à la justice antiterroriste à Paris. Devant la juge, l'ado avait "totalement assumé les faits" et se montrait un comportement "totalement désinhibé par rapport aux faits", indique Me Fabrice Labi, l'avocat du professeur, à l'AFP. 

Un huis-clos qui pose question

Le matin des faits, le jeune homme, lycéen en électrotechnique dans un établissement de Marseille, arbore un drapeau de Daech sur son compte Facebook "avec la mention l'État Islamique se maintiendra", indique La Provence. Quelques jours auparavant, il avait même déclaré vouloir "venger ses frères de Palestine" et avait acheté une machette dotée d'une lame de 40 cm de long afin de la brandir devant des policiers pour se faire "tuer par les flics". 


Nos confrères précisent que le jeune garçon a accepté de travailler avec un psychologue pour prendre du recul avec les discours djihadistes mais que son évolution demeure inconnue. Cette dernière pose d'ailleurs question à Me Fabrice Labi. Selon lui, le huis-clos des débats et leur teneur secrète risque "de ne pas impressionner les potentiels candidats à des actes similaires", indique l'avocat. 

Une cinquantaine de mineurs mis en examen pour entreprise terroriste

Selon nos informations, 50 mineurs, dont quatorze filles, sont actuellement mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. La moitié d’entre eux, soient 19 garçons et six filles sont aujourd’hui incarcérés. Le plus jeune a 14 ans. Deux autres font l’objet d’un mandat d’arrêt. Les 23 restants font, eux, l’objet d’un contrôle judiciaire.

Sur ces 50 mineurs, si certains préparaient des attentats, une dizaine sont poursuivis pour leurs liens avec Rachid Kassim, ce djihadiste Français dont l’ombre plane au-dessus de plusieurs attentats commis en France. Mais Yusuf K., est pour le moment, le seul mineur a être inculpé pour tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste avec la qualification antisémite des faits. 

En vidéo

Mineurs rentrés de Syrie ou d'Irak : un casse-tête pour les autorités

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter