Agression à la prison d'Osny : il fonçait vers les surveillants "arme à la main et souriant"

Agression à la prison d'Osny : il fonçait vers les surveillants "arme à la main et souriant"
FAITS DIVERS

RÉCIT - "Le Monde", qui a visionné les images des caméras de vidéosurveillance, raconte comment Bilal T. a réussi à blesser deux surveillants dimanche. Le quotidien évoque aussi la piste d'une action concertée.

Son attaque, inédite dans une unité de prévention de la radicalisation, est d'une violence rare. Le quotidien Le Monde, qui a visionné les images des caméras de vidéosurveillance, raconte comment Bilal T., condamné pour un voyage avorté vers les terres du djihad syrien à cinq ans de prison, a réussi à blesser deux surveillants dimanche, dans la prison d'Osny.

Alors qu'il se rend en promenade, le détenu, qui dissimule une lame dans sa serviette de toilette, agresse violemment un fonctionnaire qui lui aurait demandé de reposer son linge en lui assénant très rapidement neuf coups et en visant la tête. Cette arme aurait été confectionnée à partir d'un morceau de métal récupéré sur la fenêtre de sa cellule de prison, selon les propos de Bilal T., lors de sa garde à vue et rapportés par Le Monde.  Alors que l'agent prend la fuite, le détenu le poursuit et le frappe. Un collègue vient à son secours, il est lui aussi blessé. 

Ce n'est que trois heures après cette attaque que le détenu est arrêté par une équipe régionale d'intervention et de sécurité alors qu'il fonçait vers eux "arme à la main et souriant", confiait jeudi le délégué régional FO Jérôme Nobécourt. Durant cette période, il utilise le sang d'une des victimes pour dessiner un cœur sur un mur. Il entame également une prière.

Une action concertée ?

Selon Le Monde, l'agresseur ne prévoyait pas son attaque à son étage, mais dans la cour de promenade. Les images filmées durant les trois heures avant son interpellation posent ainsi la question d'une action concertée avec d'autres détenus.

Ainsi, après l'agression, Bilal T. est remonté près de sa cellule avant de parler avec d'autres détenus. L'un d'entre eux marche de long en large dans les couloirs et glisse notamment des morceaux de miroir sous la porte des cellules d'autres détenus.

Ce détenu a été placé en garde à vue ainsi que deux autres prisonniers à qui il avait passé les morceaux de miroir, celle-ci a été levée jeudi. Mais, étant en détention, ils restent à la disposition de la justice.

Mis en examen pour "tentative d'assassinat terroriste"

Jeudi soir, Bilal T. a été mis en examen pour "tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle", selon le parquet de Paris. 

Lire aussi

    En vidéo

    Osny, Aiton... la radicalision en prison, l'angoisse des instiutions pénitentiaires

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent