Agression de policiers à Champigny : Emmanuel Macron dénonce un "lynchage", la classe politique demande des sanctions

Agression de policiers à Champigny : Emmanuel Macron dénonce un "lynchage", la classe politique demande des sanctions

DirectLCI
PASSAGE A TABAC - Deux policiers intervenus après une rixe à Champigny-sur-Marne (94) durant la nuit de la Saint-Sylvestre ont été pris à partie et tabassés. Ce lundi soir, la classe politique réagit et s'indigne.

La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux et a déclenché une vague d'indignation. La nuit dernière, deux policiers sont intervenus après une rixe à Champigny-sur-Marne : ils ont été pris à partie et tabassés. L'un des policiers a eu le nez fracturé, et une policière souffre de "commotions au visage" après avoir reçu des "coups violents", comme en témoigne une  vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.


Ils se sont vus prescrire dix et sept jours d'ITT, une enquête a été confiée au commissariat local et deux personnes se trouvent actuellement en garde à vue, selon les information de LCI. Sur Twitter, les réactions des politiques ne se sont pas fait attendre, réclamants . 

Emmanuel Macron a promis sur Twitter que les "coupables du lynchage" de policiers à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) dans la nuit de la Saint-Sylvestre seraient "retrouvés et punis". "Les coupables du lynchage lâche et criminel des policiers faisant leur devoir une nuit de 31 décembre seront retrouvés et punis. Force restera à la loi. Honneur à la police et soutien total à tous les agents bassement agressés", a tweeté le chef de l'Etat.

Plus tôt, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb avait indiqué s'être entretenu avec les policiers agressés. "Tout est mis en œuvre pour que les lâches auteurs de ces actes inqualifiables soient appréhendés et condamnés. S’attaquer à nos forces de sécurité, c'est s'attaquer à notre République", a-t-il écrit.

Christian Estrosi a également réagi sur Twitter. Il demande une "répression exemplaire" et apporte son "soutien aux forces de l'ordre et à la policière blessée"

Marine Le Pen s'est fendu d'un communiqué demandant une "réforme de la légitime défense des forces de l'ordre, lundi après la violente agression de policiers dans le Val-de-Marne. "Une vidéo montre l'agression d'une policière, au sol, isolée, par une quinzaine de voyous, la lynchant à coups de pied sans la moindre hésitation", dénonce la députée du Pas-de-Calais dans un communiqué. Selon elle, "ces scènes d'une rare violence viennent rappeler que perdure et s'amplifie dans notre pays, à côte de la menace terroriste, une insécurité confinant parfois à la guérilla urbaine".

Steeve Briois a lui aussi réagi sur Twitter. "Policière rouée de coups par des racailles à #Champigny (Val-de-Marne) durant la nuit de la Saint-Sylvestre : heureusement que les réseaux sociaux existent pour constater la révoltante réalité... Omerta scandaleuse du gouvernement et des principaux médias !", écrit le maire d'Hénin Beaumont. 

"Soutien total aux policiers lynchés. Des années de laxisme ont permis cette sauvagerie sans nom et à ces monstres d’agir sans crainte. C’est révoltant et ça suffit !", écrit Florian Philippot. Dans un second tweet, il adresse un communiqué et demande à l'Etat de "se dresser contre la sauvagerie". 

Valérie Pécresse, présidente de la région Ile de France demande, quant à elle, des "sanctions exemplaires". 

Eric Ciotti a lui aussi sévèrement condamné le passage à tabac des policiers. "Le lynchage d’une policière a #Champigny est inqualifiable. Les images sont insoutenables. Cet acte d’une lâcheté extrême doit être puni le plus sévèrement possible", écrit-il. 

Marlène Schiappa, eecrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes a, elle aussi, condamné cet acte. "Soutien total à la policière et aux policiers attaqués dans des conditions insupportables alors qu’ils travaillaient un 31 décembre pour assurer la sécurité de toutes et de tous. Aucune excuse", écrit la ministre. 

Nicolas Dupont-Aignan a, lui aussi, adressé son soutien aux forces de l'ordre. "S'acharner contre un policier c'est attaquer la Nation toute entière. Assez de cette racaille en liberté ! Que l'année 2018 qui commence soit celle du retour à l'ordre et à la justice : les voyous en prison et les forces de l'ordre enfin défendues et respectées", écrit-il. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter