Agressions sexuelles : 5 nouveaux témoignages accablent Denis Baupin

Agressions sexuelles : 5 nouveaux témoignages accablent Denis Baupin
FAITS DIVERS

REVELATIONS - Trois semaines après l'affaire Baupin, de nouvelles femmes accusent le député écologiste de harcèlement sexuel et d'agressions. Elles ont livré leurs témoignages à Mediapart et France Inter.

La parole libérée. Trois semaines après les révélations sur l’affaire dite Baupin, cinq nouvelles femmes dénoncent des faits présumés de harcèlement et d’agression sexuelle. Ce sont les huit premiers récits qui ont convaincu ces femmes de parler à France Inter et Mediapart qui publient ce lundi leurs témoignages. Les scènes qu’elles relatent se seraient déroulées entre 1997 et 2014.

EN SAVOIR + >>  Denis Baupin, vice-président de l'Assemblée, accusé d'agressions sexuelles par des élues

"Il s'est jeté sur moi"

Geneviève Zdrojewski, aujourd'hui retraitée, a travaillé toute sa vie dans l'administration. En 1995, elle est nommée chef du bureau du cabinet de Corinne Lepage, ministre d'Alain Juppé. En 1997, elle conserve et fait le lien entre l'administration et le cabinet de la nouvelle ministre, Dominique Voynet. Cette dernière a nommé comme conseiller, un de ses proches collaborateurs, Denis Baupin.

"A deux reprises, M. Denis Baupin m’a sexuellement agressée. Une fois, j’étais dans mon bureau. M. Baupin est entré, de façon tout à fait inattendue, et il s’est jeté sur moi. Je me suis mise à crier. Il m’a dit : 'Arrête de crier, ta secrétaire va nous entendre.' Une deuxième fois, il a essayé de m’agresser sexuellement dans les lavabos, il m’a plaquée contre un mur, m’a pris les seins et a essayé de m’embrasser", raconte-t-elle à  France Inter  et Mediapart.

"Une pieuvre qui m'a sauté dessus" 

C’est à la même période que le collège exécutif – l’instance de direction des Verts, qui ne s’appellent pas encore Europe Écologie-Les Verts – se réunit régulièrement au ministère et prend l’habitude de déjeuner. "Pendant le repas, Denis Baupin s’est assis en face de moi, raconte une jeune dirigeante du parti qui a requis l’anonymat. Il me faisait du pied ; il a même enlevé sa chaussure pour atteindre mon entrejambe."

À la fin de la réunion, le conseiller de la ministre demande à X de le suivre dans son bureau prétextant la réception d’un fax : "A peine entrée dans son bureau, c’est une pieuvre qui m’a sauté dessus. Il a essayé de m’embrasser par tous les moyens. Je me suis débattue… Et bien sûr, il n’y avait pas de fax."

Quand elle s’enfuit, elle croise quelques dirigeants du parti qui s’attardent en bavardant. "On l’a vue arriver affolée, un peu en pleurs, en disant : 'Protégez-moi.' Elle a dit qu’elle venait de subir les assauts de Denis Baupin", se rappelle Jean-Claude Biau. "On l’a raccompagnée à son hôtel". Il ne posera pas de questions. "À l’époque, parler de porter plainte n’était pas très à la mode", dit-il.

EN SAVOIR + >> Acculé, Denis Baupin démissionne de son poste de vice-président de l'Assemblée nationale

"Une caresse sur la nuque"

Quelques années plus tard, c’est Laurence Mermet, chef de la mission communication de la Direction de la voirie et des déplacements, placée sous la responsabilité de Denis Baupin, alors adjoint aux Transports, qui aurait été victime d’un "geste déplacé". "Une caresse sur la nuque, un geste qui relève de l’intime", témoigne-t-elle. "J’avais l’impression que nous venions de passer la nuit ensemble à la seule différence que nous avions juste un rapport de subordination et que je n’étais qu’une collaboratrice", poursuit-elle. 

"Sa main sous mon sein"

Dix ans plus tard, c’est une militante EELV, qui a souhaité garder l'anonymat, qui raconte avoir croisé Denis Baupin à l’occasion d’une conférence de presse : "Denis est arrivé. Il m’a fait la bise en appliquant sa main gauche sous mon sein droit." Aussitôt, elle aurait répliqué : "Ça va pas Denis ?" Et l’homme aurait répondu : "C’est pour faire réagir ton compagnon", lui aussi membre d'Europe Ecologie les Verts.

Inondée de messages

Enfin, c’est une journaliste radio qui explique comment en 2014, après avoir accueilli Denis Baupin comme invité dans une émission, elle a été inondée de textos. "Ce n’étaient pas des messages sexuels mais du type : 'Vous travaillez jusqu’à quelle heure ?' 'Ah mais vous travaillez tard…' Jusqu’à 21 heures ou 22 heures, le 31 décembre, cela n’arrêtait pas. J’ai fini par dire que j’étais en famille, que cela n’avait pas lieu d’être et que je travaillais dans les médias… Il s’est arrêté."

EN SAVOIR + 
>>  Harcèlement sexuel : "Il y a beaucoup de pressions sur les victimes pour qu'elles la ferment"
>> Affaire Denis Baupin : les politiques indignés (sauf Gilbert Collard)

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 5000 contaminations en 24 heures, une première depuis septembre

Vers la fin de l’attestation de déplacement pour Noël ?

Allègement du confinement : les questions en suspens avant l'allocution d'Emmanuel Macron

"L’eau ça mouille… " : quand Monoprix ridiculise les restrictions dans les rayons

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent