"Air Cocaïne" : les deux pilotes aidés dans leur fuite par un homme politique français ?

"Air Cocaïne" : les deux pilotes aidés dans leur fuite par un homme politique français ?

AFFAIRE - Les deux pilotes français condamnés en août dernier à 20 ans de prison en République Dominicaine dans l'affaire "Air Cocaïne" sont rentrés en France samedi dans des conditions qui restent floues. Ils auraient été aidés d'un commando d'anciens militaires mais aussi d'un homme politique français, affirme BFMTV.

Rocambolesque rebondissement dans l'affaire "Air Cocaïne". Les deux pilotes français arrêtés en 2013 et condamnés en août dernier à 20 ans de prison à Saint-Domingue, en République Dominicaine, sont de retour en France depuis samedi, a indiqué leur avocat à plusieurs médias, confirmant une information du Figaro

Exfiltrés par un commando et un politique ?

Condamnés en août à 20 ans de prison, les deux pilotes étaient assignés à résidence avec interdiction de quitter le territoire de la République Dominicaine. Les deux pilotes auraient bénéficié d'une aide extérieure pour s'échapper et regagner la France. BFMTV affirme ainsi qu'un commando d'anciens militaires français, des "copains marins", ainsi que des anciens de la DGSE, auraient monté une opération d'exfiltration pour récupérer les deux pilotes. Selon la chaîne, l'opération aurait même bénéficié de l'aide d'un "homme politique français". 

Ces derniers, d'anciens pilotes de chasse reconvertis dans le privé, auraient prétexté faire une balade touristique en mer, accompagnés par un ancien militaire et l'homme politique en question. Ils auraient été abordés en mer par le bateau du commando, qui les auraient conduits jusqu'à l'île Saint-Martin, aux Antilles. De là, munis de passeports fournis par le commando, ils auraient pris l'avion de ligne Corsair qui les a conduits à Orly samedi après-midi.

EN SAVOIR + 
>> Qui est Aymeric Chauprade, l'élu FN qui aurait aidé les pilotes ?

>> Ce qu'on sait de la rocambolesque fuite des pilotes français

Condamnés mi-août

Pascal Fauret et Bruno Odos ont toujours clamé leur innocence dans l'affaire dite d'"Air Cocaïne". Ces derniers avaient été arrêtés en mars 2013 alors qu'ils s’apprêtaient à décoller d'un aéroport de Punta Cana (République Dominicaine) aux commandes d'un jet privé dans lequel ont été découverts pas moins de 680 kg de cocaïne, répartis dans 26 valises. Deux autres Français ont également été condamnés à la même peine le 14 août par le tribunal de Saint-Domingue: Nicolas Pisapia, passager du Falcon 50 qui avait comme destination Saint-Tropez, et l'apporteur d'affaires Alain Castany, également arrêté à bord de l'avion. Quatre Dominicains ont également été condamnés dans cette affaire à des peines allant de cinq à dix ans de prison.

EN SAVOIR +
>> L'extradition, comment ça marche ?

>> "Air cocaïne" : quatre Français condamnés à 20 ans de prison

Leur avocat, Me Jean Reinhart ne confirme pas cette version. "Ils ne se sont pas évadés", a-t-il notamment déclaré à TF1 . "On s'évade d'une prison, mais en aucun cas de République dominicaine. Ils étaient sous contrôle judiciaire allégé." Me Reinhart n'a cependant pas fourni d'éléments sur les conditions de leur retour en France, même s'il confirme que les pilotes sont sur le territoire national depuis samedi. "Ils sont en France non pas pour fuir la justice mais pour chercher la justice", a-t-il encore commenté à l'AFP. De son côté, le président du comité de soutien de Pascal Fauret et Bruno Odos a indiqué au Progrès que les pilotes avaient l'intention de se présenter à la justice française. La juge d'instruction en charge du dossier en France a d'ailleurs été prévenue de la présence des deux pilotes sur le territoire lundi matin, précise le quotidien régional.

EN SAVOIR + >> "Un acte irresponsable et déloyal", explique Alain Castany, un des deux autres condamnés

De son côté, le père de Nicolas Pisapia, resté, lui, en République dominicaine, où il serait "assigné à résidence" en attendant le procès en appel, a exprimé ses craintes après le retour en France des deux coaccusés de son fils. "Je viens d'avoir notre fils sur Skype, il est catastrophé par cette situation, ça va lui nuire plus que tout ce qui s'est passé jusqu'à maintenant", a affirmé Claude Pisapia à l'AFP. "L'exfiltration des deux pilotes risque d'avoir de graves conséquences pour Nicolas Pisapia", a renchéri son avocat Julien Pinelli, redoutant que "les autorités dominicaines décident de l'incarcérer à nouveau afin de prévenir tout risque de fuite". Il demande "le soutien des autorités diplomatiques" pour "empêcher une telle situation", a précisé son conseil.

A LIRE AUSSI >> "Air cocaïne" : les pilotes français face au juge dominicain

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la vaccination des enfants au menu du Conseil de défense lundi

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Covid-19 : les Français réticents à utiliser le vaccin Moderna, dont on aura pourtant besoin pour la 3e dose

VIDÉO - Indonésie : l'éruption du volcan Semeru fait au moins 13 morts, des milliers d'habitants ont fui Java

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.