Alerte enlèvement : le petit Rifki rendu à ses parents, son ravisseur en garde à vue

Alerte enlèvement : le petit Rifki rendu à ses parents, son ravisseur en garde à vue

DirectLCI
KIDNAPPING – Le petit garçon avait été enlevé à Rennes, en Ille-et-Vilaine, samedi, en début d'après-midi. Il a été retrouvé ce dimanche en Gironde, "sain et sauf". Son ravisseur présumé a été placé en garde à vue. Désormais place à l'enquête judiciaire.

Rifki a été retrouvé sain et sauf ce dimanche, dans un TGV en gare de Libourne, en Gironde. Annoncée par plusieurs médias en début d'après-midi, dont Europe1 et Sud Ouest , la nouvelle a été confirmée par le procureur de la République, qui a souligné qu'il était "sain et sauf". Ce dernier a par ailleurs précisé que le suspect n'avait "pas de lien de parenté" avec le petit garçon.

"L'enfant a été découvert à Libourne, il est en bonne santé apparente, il va être examiné par des médecins", a expliqué le procureur. "Le suspect, avec lequel l'enfant se trouvait, a été interpellé" ; l'homme a ensuite été placé en garde à vue, selon un journaliste de France2 . L'alerte enlèvement, lancée ce dimanche matin pour le retrouver, a été levée.

À LIRE AUSSI
>>
Rifki, 4 ans, enlevé à Rennes samedi
>> Enlèvement de Rifki : ce que l'on sait d'Ahmed, le principal suspect
>> L'oncle de Rifki raconte "l'incruste" de son ravisseur

Rifki et son ravisseur présumé reconnus par une passagère

L'intervention policière s'est faite dans un contexte tendu et incertain, selon les déclarations du maire de la ville, Philippe Buisson (PS), à l'AFP. "Lorsque les gendarmes, notamment de Libourne, ont été avisés et sont intervenus dans un TGV bondé, il n'y avait pas de certitude, explique l'édile. C'était une intervention délicate dans un environnement où il y avait beaucoup de monde." "J'exprime ma satisfaction pour ce dénouement heureux et me réjouis pour ses parents et sa famille", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Le jeune Rifki "a été découvert à 14h30", a déclaré en fin d'après-midi le procureur de la République de Rennes, Thierry Pocquet du Haut Jussé, lors d'un point presse. La police a été prévenue de la présence de l'enfant et de son ravisseur présumé à bord du train par une passagère. "Tous deux avaient pris le train ce matin et une personne, une dame, assise en face d'eux, les a reconnus et a pu donner l'alerte à la gare de Saint-Pierre-des-Corps (près de Tours, ndlr)", a raconté le procureur. L'homme et l'enfant se trouvaient à bord du TGV 8411 Paris-Bordeaux, en voiture 18, rapporte Francetvinfo . "Nous avons été amenés à intervenir. Lorsque le TGV est arrivé à Libourne, on a bloqué les portes afin que personne ne puisse sortir du train", a expliqué la SNCF à nos confrères.

Cazeneuve exprime son "soulagement"

Dans un tweet, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a exprimé son "soulagement" et a félicité les gendarmes.

Rifki avait été enlevé samedi après-midi

Rifki a été enlevé samedi en début d'après-midi. Il était avec sa mère et son oncle à Rennes, place de la Mairie, lorsque, vers 14 heures, un prénommé Ahmed a emmené l'enfant "chercher des boissons". Ahmed est le principal suspect dans ce dossier, un jeune homme âgé de 25 ans environ qui n'est pas membre de la famille et que la mère du garçon avait rencontré quelques jours plus tôt.

Ne voyant ni Ahmed ni son fils revenir, la maman s'est alors inquiétée et s'est lancée à leur recherche, épaulée par l'oncle de son fils. "Ils ont cherché tout l'après-midi, [...] ils ne connaissent pas bien la ville de Rennes", a précisé le procureur. En fin de journée, épuisés et inquiets, ils ont alors prévenu la police.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter