Alsace : le chien qui a tué un bébé de 18 mois a été euthanasié

FAITS DIVERS

DRAME - L’animal qui a mordu et tué un petit garçon de 18 mois vendredi 6 mai, a été euthanasié quelques heures plus tard sur décision du maire de Epfig, dans le Bas-Rhin.

La consternation règne dans le village d’Epfig, dans le Bas-Rhin. Le chien qui a attaqué à plusieurs reprises, vendredi 6 mai, et tué un bébé de 18 mois a été euthanasié, selon les informations de France 3 et L'Express . La décision de tuer le chien, un American Staffordshire Terrier, a été prise par un arrêté du maire de la commune, Jean-Claude Mandry. Il avait été récupéré vers 15h, juste après les faits, par la SPA d’Ebersheim. Le chien, qui appartenait aux grand-parents, sera autopsié lundi, selon France 3.

Selon les Dernières Nouvelles d'Alsace, le drame s’est déroulé ce vendredi, aux alentours de 14 heures, dans la propriété de la famille endeuillée. Alors que le petit garçon de 18 mois était dans les bras de sa grand-mère, il a été subitement attaqué par le chien, pourtant attaché à une laisse. Les secours n'ont pas pu sauver l'enfant, dont la nature des blessures n'a pas été révélée. "C'est un chien qui, en sept ans, n'avait jamais mordu, mais cela reste un chien.", a pourtant fait valoir aux DNA le maire Jean-Claude Mandry. Les gendarmes et le parquet de Colmar en charge de l'enquête n'ont pour l’heure pas souhaité communiquer.

12 enfants tués par des chiens en 16 ans

Depuis 2000, 24 personnes ont été tuées par des chiens, dont 12 enfants. L'animal en question était classé dans la catégorie 2, correspondant aux "chiens de garde et de défense" décrits par la loi du 6 janvier 1999. Pour rappel, il est notamment interdit d’emmener ces animaux dans des transports en commun, lieux publics ou ouverts au public, et de demeurer avec eux dans les parties communes d'un immeuble collectif. 

La détention des chiens de catégorie 1 et 2 est également interdite aux mineurs, aux majeurs en tutelle, aux personnes qui ont été condamnées à une peine de prison pour un crime. La violation de ces règles fait encourir six mois d'emprisonnement et 15.000 euros d'amende. Enfin, les propriétaires de chiens responsables d'agressions mortelles encourent, sans circonstances aggravantes, jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

A LIRE AUSSI >> Bobigny (Seine-Saint-Denis) : un enfant de 7 ans attaqué par ses deux chiens

Lire et commenter