Après l'attentat évité à La Défense : "tout est normal", ou presque

Après l'attentat évité à La Défense : "tout est normal", ou presque

DirectLCI
Sécurité – Le procureur de la République de Paris François Molins a indiqué mardi soir qu'Abdelhamid Abaaoud projetait de commettre un attentat à La Défense. Au lendemain de cette annonce, certains ne cachaient pas leur peur tandis que d'autres assuraient que tout était "normal".

La rumeur a finalement été confirmée, par la voix du procureur de la République, François Molins : Abdelhamid Abaaoud et son complice tués au cours de l'assaut donné à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) le mercredi qui a suivi les attentats de Paris, projetaient de commettre un attentat dans le quartier de La Défense. Le procureur n'a donné aucun détail sur ce projet avorté. Il a juste précisé qu'il était prévu "dès le 18 ou le jeudi 19 novembre".

La semaine dernière, FranceTV avait révélé que le centre commercial des Quatre-Temps qui regroupe des magasins, mais aussi des cinémas et des restaurants de 8 h 30 à 23 h 30 selon les enseignes, était visé. Outre ce site, qui accueille chaque jour des milliers de clients, les terroristes auraient également projeté, selon BFMTV et RMC , de s'attaquer au commissariat du quartier d'affaires de l'ouest parisien.

EN SAVOIR + >> Projets d'attentats à La Défense et Roissy : aucune confirmation officielle

Des costumes commandés

Ces deux médias précisent ce mercredi qu'Abdelhamid Abaaoud avait demandé à sa cousine Hasna Ait Boulahcen "de lui acheter deux costumes pour se fondre dans le décor". Nos confrères indiquent que "deux housses ont été retrouvées par les enquêteurs dans les gravats de l'appartement de Saint-Denis". Sollicité à ce propos, le parquet de Paris n'a pas donné suite à notre demande.

Hasna Ait Boulahcen, Abdelhamid Abaaoud, et l'homme vu à ses côtés dans le métro à la station Croix-de-Chavaux à Montreuil puis dans Paris le soir des attentats sont tous morts le 18 novembre dans l'assaut du Raid. Ce complice présumé d'Abaaoud, non identifié, serait l'homme qui s'est fait exploser à Saint-Denis. Il pourrait également être le troisième homme, avec Abdelhamid Abaaoud et Brahim Abdeslam, du désormais baptisé "commando des terrasses".

Calme plat…et forces de l'ordre

Depuis plusieurs jours donc, la sécurité a été plus que renforcée sur le quartier d'affaires fréquenté chaque jour par près de 180.000 employés mais aussi sur la ligne 1 du métro et la ligne A du RER qui le desservent. "Il y avait des gendarmes armés jusqu'aux dents toute la journée", déclare Tom, voyageur régulier.

Emmanuel Macron, ministre de l'Economie qui s'est rendu sur place mercredi matin, a lui aussi confirmé que "des mesures de sécurité" avaient été prises "à la fois aux abords et aux entrées des centres commerciaux". "Toutes les entrées sont contrôlées, il y a une mobilisation de tous les acteurs", a souligné le ministre, en faisant état d'un doublement, "voire d'un triplement" des effectifs de sécurité et d'un dispositif massif de vidéosurveillance. "C'est une période de consommation, avant Noël. Je veux rassurer toutes celles et ceux qui travaillent dans ces lieux", a-t-il dit.

Contacté à plusieurs reprises par metronews, le directeur des Quatre Temps Jean-Philippe Pelou-Daniel n'a jamais répondu à nos appels. Au standard des Quatre-temps, on relativisait visiblement les événements. "Ici tout est normal. La menace d'attentat, c'était la semaine dernière, il n'y a plus rien là. Tout se passe bien. Il y a du monde. Il y a la police qui circule, des agents qui vous contrôlent aux entrées et il y a aussi des militaires."

En février dernier, le centre commercial des Quatre Temps avait déjà été menacé par les Shebab, milices islamistes de Somalie affiliées à Al-Qaïda.

EN SAVOIR + 
>> Suivez avec nous les événements en direct >> Attentats de Paris : l'identité des terroristes présumés >> Comment Jawad, le logeur des terroristes, faisait régner la terreur dans son quartier >> Le désarroi de l'ex-entraîneur de boxe d'Ahmed Dahmani, ce Belge soupçonné d'avoir "repéré" les lieux des attentats"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter