Après son retour à Nantes, "Jésus-Christ" hospitalisé d’office

Après son retour à Nantes, "Jésus-Christ" hospitalisé d’office

DirectLCI
FAIT DIVERS – Un individu se présentant comme "Jésus Christ" a été interpellé pour la troisième fois en cinq mois à Nantes (Loire-Atlantique). Arrêté dimanche, après avoir menacé de morts les clients d’un magasin sur un parking, l’individu a été finalement hospitalisé d’office.

Il n’est pas inconnu des services de police mais chacune de ses sorties est remarquée. Dimanche soir, vers 20h10 place du Commerce à Nantes, les forces de l’ordre ont été appelées pour procéder à l'interpellation d’un individu qui se montrait agressif auprès des clients d’un parking.  A la vue des policiers, l’homme s’est mis hors de lui. "Il a repoussé les effectifs de police, les a insultés et les menacés de mort. Il a également hurlé : 'Je vais vous retrouver et je vais vous égorger... Je vais vous étrangler un par un bande d'enc****'", selon une source policière. 


Interrogé sur son identité, l’individu a alors dit s’appeler "Jésus-Christ". Suite à un examen, il a été hospitalisé d’office au centre hospitalier spécialisé de Blain, établissement public de santé mentale. 

"Né le 25 décembre de l'an 0" et "de nationalité terrienne"...

L’individu interpellé dimanche avait déjà été arrêté deux fois au cours des derniers mois à Nantes. Le 2 août 2017, l'Unité canine légère avait été appelée quai des Antilles pour un vol avec violences de téléphone portable sur une jeune fille de 20 ans. Sur place les policiers avaient stoppé un homme correspondant au signalement, alors qu'il tentait de s’enfuir. Ce dernier avait, au cours de sa fuite, menacé un fonctionnaire à l'aide d'une machette artisanale et d'un couteau à double lame. Interrogé sur son identité, il avait alors déjà dit s’appeler "Jésus-Christ", être "né le 25 décembre de l'an 0", et être "de nationalité terrienne"... 

Dix-neuf jours plus tard, le 21 août 2017, à 16 heures place du Commerce, une patrouille se rendait à la Fnac pour un homme de  30 ans qui avait commis un vol à l’étalage d'un montant de 344 euros. L’intéressé était défavorablement connu des services de police souffrant de troubles psychiatriques bénéficiait d’un traitement libre. Ce même individu avait déclaré se nommer "Jésus-Christ" puis "Arthur Pendragon". Il avait alors confié aux enquêteurs "être investi d'une mission divine et avoir dérobé les divers produits du magasin pour les offrir comme artefacts à l'archange Gabriel afin de sauver le monde après le déluge". Il avait été placé en garde à vue, puis finalement pris en charge, déjà par le centre hospitalier spécialisé de Blain. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter