Attaque au couteau à la gare de Marseille : Mauranne et Laura, les deux victimes, étaient cousines

Attaque au couteau à la gare de Marseille : Mauranne et Laura, les deux victimes, étaient cousines
FAITS DIVERS

ENQUÊTE – Au lendemain de l’attaque au couteau commise aux abords de la gare Saint-Charles à Marseille dimanche après-midi, on en sait un peu plus sur le profil des deux victimes. Selon nos informations, il s’agit de deux cousines. L'une d'entre elles était originaire d' Eguilles, dans le pays d'Aix, la seconde vivait près de Lyon.

La cité phocéenne est en deuil. Deux jeunes femmes ont été tuées à coups de couteau dimanche sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille par un homme qui a crié "Allah Akbar", selon des témoins, avant d'être abattu par des militaires. 

Au lendemain des faits, on en apprend un peu plus sur les deux victimes. Selon nos informations, il s’agit de deux cousines. Nos confrères de La Provence révèlent que, Mauranne, 20 ans, était étudiante en troisième année à la fac de médecine de Marseille, et était originaire d'Eguilles, dans le pays d'Aix. Sa cousine Laura, 21 ans, était quant à elle étudiante en école d'infirmière et vivait à Rilleux-la-Pape, près de Lyon. Cette dernière était venue à Marseille pour passer le week-end avec sa cousine.

Toute l'info sur

Attaque au couteau à la gare de Marseille

Lire aussi

Lyon, c’est précisément à cet endroit, toujours selon nos informations, que l’auteur de l’attaque a été arrêté pas plus tard que vendredi pour un vol à l'étalage avant d'être relâché. Pour autant, aucun lien n’est établi. L’individu, connu pour des faits de droit commun, sous plusieurs identités, huit au total,  n'avait "pas de papiers sur lui", mais a été identifié grâce à ses empreintes digitales, selon les enquêteurs. Il a été rapidement abattu par des militaires de Sentinelle, après les sommations. 

Son comportement a d’ailleurs été qualifié "d'étrange" par le ministre de l'Intérieur, au vu des bandes de vidéo-surveillance : il "commence par commettre (son) crime sur une première personne, s'enfuit, puis revient sur ses pas pour tuer la seconde personne". "C'est un élément d'interrogation", a souligné Gérard Colomb.

Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attaque, dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq, dimanche soir. L'enquête a été confiée au parquet antiterroriste de Paris. Le procureur de la République de Paris, devrait donner une conférence de presse ce lundi.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Producteur tabassé : le policier soupçonné d'avoir lancé la grenade lacrymogène placé sous contrôle judiciaire

EN DIRECT - Covid-19 : la Haute autorité de santé recommande de vacciner les résidents des Ehpad en priorité

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Eurovision Junior : Valentina, la candidate française, remporte le concours

Lire et commenter