Attaque au couteau : "sept identités", "drogues dures"... les dernières révélations sur l'assaillant abattu à la gare de Marseille

PORTRAIT – Qui est l'assaillant de la gare de Marseille ? Le profil de cet homme, connu sous sept identités différentes depuis 2005, est au coeur de l'enquête sur cette attaque qui a fait deux morts. L'homme avait été interpellé vendredi à Lyon pour vol à l'étalage. Dans le cadre de sa garde à vue, "il a alors présenté un passeport tunisien" et indiqué être consommateur de drogues dures.

Ahmed H. né le 9 novembre 1987 à Bizerte en Tunisie. Voilà ce que l'on sait à cette heure de l'identité supposée de l'auteur de l'attaque au couteau qui  a coûté la vie à deux femmes, dimanche devant la gare Saint-Charles de Marseille (Bouches-du-Rhône). Une identité toujours en cours de vérification tant le profil de cet individu âgé de 25 à 30 ans est toujours entouré de mystères.  Voici les dernières révélations du procureur de Paris communiquées ce lundi.


Arrêté à Lyon après un vol à l'étage vendredi


L'individu avait été arrêté pas plus tard que vendredi soir pour un vol à l'étalage à Lyon. "Lors de sa garde à vue, il a présenté un passeport tunisien délivré le 18 novembre 2014", a détaillé le procureur de la République de Paris, François Molins. L'homme "n'avait pas ce passeport lors du passage à l'acte (...) Des investigatiuons sont en cours pour s'assurer de l'authenticité du document", a assuré le procureur. 


"Consommateur de drogues dures"


À l'occasion de sa garde à vue, "il avait déclaré vivre à Lyon où il s'était dit sans domicile fixe et sans emploi autre que des missions non-déclarées comme peintre. Il a également indiqué être consommateur de drogues dures et sur sa situation personnelle, être divorcé".

Sept identités différentes depuis 2005


L'auteur de l'attaque avait été signalé aux services de police "à sept reprises depuis 2005 sous sept identités différentes". Cette identité, ainsi que les six autres alias, "sont inconnus des services anti-terroristes, de même aucune condamnation ne figure sur son cassier judiciaire". 


Le lien supposé avec Daech toujours pas établi


Reste une énigme pour les enquêteurs. Avait il de réels liens avec Daech ? Avant d'être abattu par les militaires de l'opération Sentinelle, il a eu le temps de crier "Allah Akbar" comme l'ont fait avant lui d'autres assaillants dans de précédentes attaques. Dans la soirée, Daech a revendiqué les faits, évoquant "un soldat de l'Etat islamique" qui a répondu "aux appels à viser les pays de la coalition". Mais une source proche de l'enquête indique que des doutes existent sur ces liens supposés avec Daech.  "La revendication de l'EI pose vraiment question car aucun élément ne relie  l'assaillant à l'organisation Etat islamique à ce stade", a déclaré cette  source. 

En vidéo

Attaque au couteau à Marseille : quel est le profil de l’agresseur ?

La police a retrouvé sur lui "un téléphone portable et un petit couteau de cuisine en inox", qui est en cours d'exploitation. Un couteau de boucher qui a servi à tuer les deux femmes a quant à lui été retrouvé "à une dizaine de mètres de l'auteur". L’enquête ne permet pas encore de savoir si le meurtrier et ses victimes se connaissaient. Un élément intrigue aussi les enquêteurs : le fait qu’il ait fait demi-tour après l’agression de la première jeune fille pour aller attaquer la seconde.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attaque au couteau à la gare de Marseille

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter