"Je vois dans mon rétroviseur un véhicule qui roule très vite" : le policier stagiaire raconte comment il a permis l'arrestation du suspect de Levallois

DirectLCI
ATTAQUE DE LEVALLOIS - L'interpellation de l'homme au véhicule suspecté d'avoir blessé six militaires de l'opération Sentinelle, mercredi 9 août, a été rendue possible par un jeune policier stagiaire, qui a croisé sa route. Voici son témoignage.

Il a fallu cinq heures, environ, pour mettre fin à la cavale de celui qui est suspecté d'avoir blessé six militaires de l'opération Sentinelle, mercredi, 9 août, à Levallois-Perret. Mais Hamou B. aurait pu rester dans la nature plus longtemps s'il n'avait pas croisé la route de Laurent, un policier stagiaire de 29 ans qui effectuait alors son cinquième jour au commissariat d'Argenteuil (Val d'Oise).


Ce dernier a vu la voiture du suspect alors qu'il se rendait sur le lieu de son stage. Il ne savait pas encore pour l'attaque des militaires à Levallois-Perret. Il raconte à LCI : "Il était environ 8h15 quand j'emprunte l'A15 et j'allais m'insérer sur l'autoroute quand je vois dans mon rétroviseur un véhicule qui roule à très vive allure. Je préfère rester sur la voie d'insertion pour éviter de me faire percuter par le véhicule. Au moment du dépassement je me rends compte de l'état du véhicule : capot légèrement enfoncé, pare-choc un peu abimé et surtout le pare-brise bien fissuré."

Pensant alors à un délit de fuite, il relève la plaque d'immatriculation du véhicule, comme il le précise au journal Le Parisien, qui a révélé l'histoire.

"Content" d'avoir pu aider

L'attaque s'est produite quelques minutes auparavant. A ce moment-là, le policier stagiaire ignore complètement qu'il s'agit d'un terroriste présumé en cavale. "Je me suis rendu au service à Argenteuil où j'ai été mis au courant de ce qu'il s'est passé à Levallois-Perret, poursuit-il à LCI. J'ai avisé ma hiérarchie qui a pris contact avec le service compétent chargé de l'enquête."


Rapidement, le système de géolocalisation intégré à la voiture BMW de location, empruntée par l'homme en cavale, prend le relai. Et permet de suivre la route du véhicule sur l'A 16, en direction du Nord de la France. Aux alentours de 13 heures, une interpellation musclée a lieu à hauteur de Marquise, entre Calais et Boulogne-sur-Mer, à moins d'une heure de route de la Belgique. Non armé, le suspect a été blessé de cinq balles, mais ses jours ne seraient pas en danger. 


Au lendemain de l'attaque, Laurent se dit "content" d'avoir pu aider les enquêteurs. "Je débute dans la police donc c'est toujours un plaisir de commencer par une affaire comme celle-ci", explique-t-il à LCI.

Plus d'articles

Sur le même sujet