Attaque du Bataclan : un enregistrement de plus de deux heures aux mains de la justice

Attaque du Bataclan : un enregistrement de plus de deux heures aux mains de la justice

DOCUMENT - Les enquêteurs de police ont pu récupérer un enregistrement audio de plus de deux heures qui retrace près de 2h10 de l'attaque commise par trois terroristes au Bataclan le 13 novembre 2015. Le son a été remis aux six juges d'instruction parisiens chargés de l'enquête.

Des tirs, des cris, des appels au secours et la voix des terroristes… La bande-son récupérée par les enquêteurs de police et transmise depuis aux six juges d'instruction chargés de l'enquête sur les attentats de Paris est, selon plusieurs policiers, "glaçante".

Le 13 novembre au soir, un technicien du Bataclan a voulu, à titre personnel, enregistrer le concert des Eagles of Death Metal, selon une information révélée par TF1 ce jeudi. Ce qui devait être au départ un souvenir d'un live d'un concert est devenu une des pièces à conviction de l'enquête sur les attentats commis à Paris le 13 novembre dernier et au cours desquelles 130 morts ont trouvé la mort et 352 autres ont été blessées.

De l'entrée des kamikazes à l'assaut

Exploité par des techniciens de l'Identité judiciaire, le fichier audio permet de retracer, seconde par seconde, la chronologie des événements "depuis l'entrée des trois kamikazes dans le Bataclan vers 21 h 40, jusqu'à la fin de l'assaut des hommes d'élite de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) vers 00 h 30" précise TF1. 

Sur cet enregistrement de qualité, "on entend les cris des victimes bien sûr, mais surtout les trois terroristes se parler, s'appeler par leurs prénoms, évoquer leur appartenance au groupe Etat islamique, le jihad en Syrie ou en Irak, le temps de recharger leurs kalachnikovs et d'ouvrir à nouveau le feu sur la foule " ajoute TF1.

Cette bande-son macabre a également permis d'établir que Samy Amimour, Ismaël Mostefaï et Foued Mohamed Aggad avaient arrêté de tirer sur les victimes une fois la BRI entrée dans la salle. "Un des trois suspects vient alors de se faire abattre par le commissaire de police arrivé le premier sur les lieux. Il s'agit très vraisemblablement du Français Samy Amimour, dont le gilet explosif a sauté alors qu'il était debout sur la scène, sans doute sous l'effet des balles tirées par le fonctionnaire" conclut TF1.

EN SAVOIR +
>>
Notre dossier sur les attentats du 13 novembre
>>
Attentats du 13 novembre : un homme interpellé en région parisienne

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Covid-19 : un isolement plus strict des malades réclamé par des associations de santé

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

EN DIRECT - États-Unis : le camp Biden salue la mise en place d'un "transfert du pouvoir pacifique"

Élection américaine : ce que change le feu vert de Trump à la General Services Administration

Lire et commenter