Attaque du Louvre : le suspect, Abdallah El Hamahmy, affirme ne pas avoir été téléguidé par Daech

Attaque du Louvre : le suspect, Abdallah El Hamahmy, affirme ne pas avoir été téléguidé par Daech

ENQUÊTE - Alors que la dégradation de son état de santé a nécessité l'interruption de sa garde à vue, le suspect de l'attaque au Louvre a été formellement identifié comme étant Abdallah El-Hamahmy, ce mercredi. Lundi, il a nié devant les enquêteurs avoir été téléguidé par le groupe Etat islamique.

Mal en point mais formellement identifié. Le suspect de l’attaque du Louvre est bien l'Egyptien Abdallah El-Hamahmy. "Suite aux vérifications, il n'y a désormais plus de doutes sur son identité", ont précisé des sources judiciaires à l'AFP.

Cette identification intervient alors que la garde à vue du suspect est toujours suspendue, après la dégradation de son état de santé, ce mardi. Selon nos informations, l’état de santé du suspect, blessé à l’abdomen, s’est fortement dégradé dans la journée, obligeant la levée de sa garde à vue devenue incompatible avec son état de santé. 

Lundi, au cours de sa garde à vue, il a affirmé aux enquêteurs ne pas avoir été téléguidé par Daech, a indiqué une source proche de l'enquête à l'AFP.

Toute l'info sur

L'attaque au Louvre

Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste ce mardi soir. Lorsque son état de santé sera jugée compatible par le corps médical, le suspect pourra être présenté à un magistrat instructeur en vue de sa mise en examen. 

Armé de machettes, ce ressortissant égyptien a été grièvement blessé après qu’un militaire de l’opération de sécurité Sentinelle lui a tiré dessus en état de légitime défense dans la galerie marchande du Carrousel du Louvre.  

Il dit avoir voulu "taguer les œuvres d'art du Louvre"

Dans un premier temps, le diagnostic vital du suspect avait été engagé mais dès samedi matin, après avoir été opéré, son état s’était nettement amélioré, permettant son placement en garde à vue en fin de journée. Celle-ci pouvait durer théoriquement six jours.  

Selon nos informations, après s’être muré dans le silence, le suspect a affirmé avoir voulu commettre une action purement symbolique : taguer des œuvres d’art du Louvre avec des bombes de peinture. Du matériel effectivement retrouvé dans son sac à dos. 

On a également appris ce mardi que le jeune homme de 29 ans s'était rendu au Carrousel puis au musée du Louvre le matin du 29 janvier, comme en attestent les images de vidéosurveillance, soit cinq jours avant l'agression, se glissant parmi un groupe de visiteurs, a indiqué une source proche de l'enquête à l'AFP. 

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Présidentielle 2022 : pourquoi Eric Zemmour taxe-t-il Marine Le Pen de "femme de gauche" ?

En plein conflit sur les licences de pêche post-Brexit, deux navires britanniques verbalisés en baie de Seine

Tir mortel d’Alec Baldwin : nouvelles révélations sur la jeune armurière Hannah Gutierrez Reed

Dans le Gard, le geste héroïque d'un élève de 9 ans pour sauver son camarade de l'étouffement

Covid-19 : un antidépresseur déjà sur le marché efficace pour réduire les hospitalisations ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.