Attaque du Thalys : El Khazzani mis en examen

Attaque du Thalys : El Khazzani mis en examen

TERRORISME - Ayoub El Khazzani, assaillant du train Thalys vendredi 21 août, a été mis en examen, dans la nuit du mardi 25 au mercredi 26 août. Il est désormais en détention pour tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste.

Le parquet de Paris a annoncé la mise en examen pour tentatives d'assassinats, association de malfaiteurs et détention d'armes en relation avec une entreprise terroriste d'Ayoub El Khazzani. Le jeune homme de 25 ans avait été neutralisé vendredi 21 août dans un train Thalys, alors qu'il s'apprêtait à perpétrer un massacre sur le trajet Amsterdam-Paris.

Une décision qui fait suite à la conférence de presse du procureur de la République de Paris François Molins. Ce dernier avait clairement indiqué, mardi 25 août, en fin d'après-midi, ne pas croire aux déclarations "fantaisistes" de l'assaillant, qui plaidait de son côté avoir voulu procéder au braquage du train, le tout avec des armes qu'il disait avoir trouvé dans un parc de Bruxelles.

EN SAVOIR + >> Ce qu'il s'est passé exactement dans le Thalys

Arsenal effrayant, billet surpayé et vidéos djihadistes

Le projet d'Ayoub El Khazzani est apparu "ciblé et déterminé" aux enquêteurs et au parquet. Des conclusions tirées d'après :

l'arsenal considérable retrouvé dans le sac de voyage qu'il avait avec lui (un fusil d'assaut accompagné de 270 balles, un pistolet Luger, un cutter et une bouteille d'un demi-litre d'essence)

le parcours d'El Khazzani, signalé pour son appartenance à la mouvance islamiste radicale par l'Espagne à la France, le tout appuyé par sa consultation d'une vidéo de prêches appelant au djihad au moment même où il était dans le train

le fait qu'il ait déboursé la somme de 149 euros pour prendre ce train particulier alors qu'il existait des billets disponibles et moins chers pour d'autres trains (là où El Khazzani se présentait comme un SDF sans le sou).

Ayoub El Khazzani se trouve désormais derrière les barreaux. Charge aux enquêteurs de déterminer, sous l'autorité de juges d'instruction, "la provenance des armes", le "parcours" de l'assaillant – on sait déjà qu'il a séjourné chez sa sœur, à Bruxelles – et les "complicités dont il a bénéficié", ajoutait encore François Molins.

EN SAVOIR +
>>
Le passé trouble d'El Khazzani
>> Thalys : qui est le Français qui a tenté en premier de s'interposer ?
>> Fusillade du Thalys : l'étonnante version des faits d’Ayoub el-Khazzani

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.