Attaque du Thalys : la Belgique renforce ses mesures de sécurité dans les trains et les gares

FAITS DIVERS
TERRORISME - Le principal suspect dans l'attaque du train Thalys Amsterdam-Paris aurait été identifié. Prudent, Bernard Cazeneuve a indiqué qu'il était fiché par les services de renseignement, sans confirmer son identité. D'après les dernières informations, il aurait 26 ans et serait de nationalité marocaine.

L'enquête sur l'attaque du Thalys Amsterdam-Paris du vendredi 21 août avance. Selon France2 , le principal suspect dans cette affaire serait un ressortissant marocain âgé de 26 ans, nommé Ayoub el-Khazzani. Toujours d'après nos confrères, son identité aurait été confirmée une analyse ADN. Une information que s'est refusé à confirmer le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, lors de son point presse en fin de matinée, tant qu’elle n'était "pas établie avec certitude".

Signalé par l'Espagne au renseignement français

Une information qu'avait révélée le journal espagnol El Pais . Car, lors du séjour d'El-Khazzani en Espagne, entre 2013 et 2014, les services de renseignement du pays l'avaient fiché en raison de son appartenance à la mouvance radicale islamiste. Suite à un signalement par ces mêmes services de renseignement espagnols à leurs homologues français, après avoir déduit que le suspect pourrait très bien arriver en France, la DGSI a établi sur El-Khazzani une fiche de surveillance de type "S" (pour "sûreté de l'Etat"). 

Le suspect avait voyagé en Syrie depuis la France, a par ailleurs indiqué samedi à l'AFP une source des services de lutte antiterroriste espagnols. "Il a vécu en Espagne, à Algésiras [en Andalousie, dans le sud] pendant un an, jusqu'en 2014, puis a décidé de déménager vers la France", a expliqué cette source. "Une fois en France, il s'est rendu en Syrie, avant de rentrer en France", a-t-elle ajouté.

EN SAVOIR +
>> Le récit des héros qui ont évité le carnage
>> C'est quoi cette fiche "S" établie par les services de renseignement ?

La Belgique renforce ses mesures de sécurité

Les éléments s'enchaînent, mais les autorités françaises, au contraire du Premier ministre belge, Charles Michel, se sont refusé à confirmer la piste terroriste. Le gouvernement belge a décidé samedi de renforcer les mesures de sécurité dans les trains et les gares du pays. Plusieurs mesures ont été décidées et devaient être appliquées "dès ce week-end", notamment une "intensification des patrouilles mixtes franco-belges dans les Thalys au quotidien", ainsi qu'un "renforcement des patrouilles et des contrôles dans les gares internationales en collaboration avec les zones de police locale". Le contrôle des bagages sera également renforcé.

Interrogé depuis ce samedi matin par le parquet antiterroriste français, qui a pris le relais de la police locale, le suspect a nié avoir eu des motivations terroristes. Selon les informations recueillies par BFMTV, il a indiqué aux enquêteurs avoir simplement voulu "rançonner" les passagers, expliquant avoir trouvé les armes "dans un parc de Bruxelles", la ville où il était monté dans le Thalys.

EN SAVOIR +
>> VIDÉO - Quelques minutes après l'attaque, le Thalys encore sous le choc
>> Trois blessés dans un Thalys à la suite d'une fusillade

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter