Attaque du Thalys : les héros américains vont recevoir la Légion d'honneur

Attaque du Thalys : les héros américains vont recevoir la Légion d'honneur

FAITS DIVERS
DirectLCI
FUSILLADE – Après l'émotion de l'attaque du Thalys reliant Amsterdam à Paris, vendredi, l'heure était aux questions dimanche pour les trois Américains qui ont maîtrisé le suspect lourdement armé. En France et au-delà, ils sont acclamés comme de véritables "héros".

“C'était l'instinct de survie.” Pour Alek Skarlatos, l'un des trois Américains qui se sont interposés devant Ayoub el-Khazzani, le tireur présumé du Thalys, la réaction des amis face au tireur n'a pas été réfléchie. "On n'a pas pensé, on a juste agi", raconte-t-il lors d'une conférence de presse, qui s'est tenue ce dimanche vers 18 heures à l'ambassade américaine.

Spencer Stone, à ses côtés, raconte le déroulement de leur intervention : "J'ai vu l'individu avec la kalachnikov qui s'enrayait. Alek m'a pris par l'épaule et m'a dit : ‘On y va’. On y est allés, on l'a frappé, il nous a attaqués. Je l'ai étranglé jusqu'à ce qu'il perde conscience. C'est la survie qui conduisait nos gestes."

"Il semblait déterminé à se battre jusqu'au bout"

Unanimement, les trois hommes ont aussi affirmé que le tireur, apparu dans le wagon torse nu et lourdement armé, ne semblait pas entraîné au maniement de la kalachnikov. "Il n'avait aucune formation. Mais s'il avait fait le bon geste par hasard, il aurait pu causer beaucoup plus de dommages", décrit encore Alek Skarlatos.

De son côté, toujours en garde à vue, Ayoub el-Khazzani continue d'affirmer qu’il voulait simplement "rançonner les passagers". "Il n'avait pas besoin de huit chargeurs pour dévaliser un train", réagissent les Américains. "Il semblait déterminé à se battre jusqu'au bout. Nous l'étions aussi", termine Spencer Stone.

"Se cacher ou rester assis ne va rien donner"

Pour Anthony Sadler, "la leçon qu'on doit retenir c'est que, dans un moment de crise comme ça, j'aimerais que les gens comprennent qu'il faut faire quelque chose. Se cacher ou rester assis ne va rien donner et l'attaquant aurait réussi si mon ami Spencer ne s'était pas levé et précipité sur lui". "Lors d'un attentat terroriste comme celui-là, il faut faire quelque chose, s'il vous plaît, ne restez pas là de manière passive", a-t-il plaidé.

Lundi à 9 heures, les trois Américains ont rendez-vous à l'Elysée pour rencontrer le président François Hollande et recevoir la Légion d'honneur, en compagnie du quatrième héros, Chris Norman, un Britannique. "On est dans un film. Tout cela paraît irréel", ont répété à l'envi les jeunes gens. Le passager français qui s'est interposé lui aussi face au tireur, ainsi que le voyageur franco-américain, qui souhaitent tous les deux garder l'anonymat, seront décorés ultérieurement.

EN SAVOIR +
>> Thalys : qui est le Français qui a tenté en premier de s'interposer ?
>> Fusillade du Thalys : l'étonnante version des faits d’Ayoub el-Khazzani
>> Thalys : ces héros qui ont évité le carnage

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter