Qui, quoi, comment ? Les réponses aux questions que vous vous posez sur les réservistes

DirectLCI
GARDE NATIONALE - Face à la menace terroriste qui pèse sur la France, l’armée et les forces de l’ordre font de plus en plus appel aux réservistes, des citoyens issus de la société civile qui ont souhaité s’engager pour assurer la sécurité du pays sans en faire leur métier.

Alors qu'une nouvelle attaque a touché un lieu public, ce samedi, à l'aéroport d'Orly, la question de l'appel aux réservistes se pose toujours plus pour consolider les forces de l'ordre et l'armée. Mais que signifie concrètement ce statut particulier de l’armée française ? Conditions d’engagement, missions, rémunérations, LCI fait le point.

Qu’est-ce que la réserve ?

La réserve militaire

Jusqu’à la suspension du service militaire obligatoire en 1997, la réserve était constituée des anciens appelés du contingent. En 1993, on en comptait ainsi trois millions selon le ministère de la Défense. Ces effectifs étaient mobilisables en temps de guerre. Avec la fin de la conscription, l’Armée a modifié son organisation et son fonctionnement. La réserve est aujourd’hui constituée d’une réserve opérationnelle comprenant des volontaires et les anciens militaires soumis à une obligation de disponibilité durant les cinq années suivant leur départ de l'Institution et d’une réserve citoyenne comprenant des volontaires agréés en raison de leurs compétences.


Les réservistes citoyens sont principalement sollicités pour des actions de communication, de relations publiques ou pour apporter une expertise professionnelle de haut niveau. Ils ne portent pas l’uniforme et n’accomplissent aucune activité militaire. C’est à la réserve opérationnelle que revient les missions de sécurité et de défense. Ces réservistes sont des soldats d’appoint qui viennent renforcer les rangs de l’armée lorsque l’activité est importante comme c’est le cas depuis la mise en place du plan Vigipirate et de l’opération Sentinelle. La loi de programmation militaire 2014-2019 prévoit d’ailleurs d’augmenter leur nombre, de 28.000 à 40.000 à l’horizon 2018 et d’accroitre leurs jours d’activité, ils seront amenés à travailler 30 jours par an en moyenne au lieu de 25 actuellement. Les volontaires peuvent aider l'une des trois armées mais aussi participer aux soins de santé, à la cyberdéfense ou encore au renseignement.

La réserve de la gendarmerie nationale

A l’image de la réserve militaire, la réserve opérationnelle de la gendarmerie contribue à garantir la sûreté publique. En 2011, elle était composée de 26.000 hommes et femmes mais leur nombre atteindra lui aussi les 40.000 en 2018.

En vidéo

En formation avec les réservistes de la gendarmerie

La réserve civile de la police nationale

Créée en 2013, la réserve civile cible les 5000 réservistes en 2018. Depuis octobre 2016, les différentes réserves sont rassemblées sous la bannière de la Garde Nationale.

Qui peut être réserviste ?

Pour être réserviste, il faut être de nationalité française. Les volontaires doivent être en règle au regard des obligations du service national, pour les plus jeunes il s'agit de la Journée de défense et de citoyenneté (JDC) et ne doivent pas avoir été condamnés à la perte de leurs droits civiques, à l’interdiction d’exercer un emploi public et plus généralement, à une peine criminelle. Les aspirants réservistes doivent évidemment avoir une bonne condition physique. 


Les conditions d'âge diffèrent quant à eux selon la réserve souhaitée. Au sein de la police, il faut avoir entre 18 et 65 ans. La gendarmerie ne recrute que des réservistes entre 17 et 40 ans. Enfin, l'armée recherche des civils entre 17 et 35 ans pour la réserve opérationnelle. Les règles sont plus souples pour la réserve  citoyenne. 


Dans tous les cas, le réserviste s'engage pour une durée de un à cinq ans. 

En vidéo

Pierre, 18 ans, devenu réserviste en réaction aux attentats

Quels sont les avantages ?

Les réservistes citoyens exceptés, les volontaires sont rémunérés. Ils gagnent environ 50 euros par jour travaillé mais cette somme évolue en fonction du grade et de l'ancienneté. La garde nationale propose également d'aider au financement du permis de conduire (à hauteur de 1000 euros) si le réserviste ne l'a pas encore passé et qu'il a moins de 25 ans. Enfin, une prime de fidélité de 250 euros par an est offerte pour tout volontaire qui renouvelle son contrat d'engagement pour une durée de 3 à 5 ans.


Si le réserviste a un emploi salarié, il a le droit de s'absenter de son entreprise cinq jours ouvrés par an, à condition d'avoir déposé un préavis d'un mois.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter