Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : 13 islamistes radicaux sous bracelet électronique en France

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : 13 islamistes radicaux sous bracelet électronique en France
FAITS DIVERS

INFO METRONEWS - Selon nos informations, les enquêteurs viennent de formellement identifier Adel K., un des deux terroristes abattu par les policiers devant l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Ce jeune homme était connu de la justice puisqu'il avait été placé sous bracelet électronique en mars dernier dans le cadre d'une enquête terroriste. Six personnes condamnées et sept prévenus dans des affaires terroristes bénéficient actuellement de cette disposition prévue par la loi.

Il était 9h passé ce mardi 26 juillet quand une religieuse a prévenu les forces de l'ordre. Deux hommes munis d'armes blanches se sont introduits par l'arrière de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), prenant en otage cinq personnes, dont un prêtre et des fidèles, alors que la messe venait tout juste de commencer.

EN SAVOIR +
>>  Jacques Hamel, le prêtre assassiné de Saint-Etienne-du-Rouvray, "un homme bon et apprécié de tous"
>> Suivez en direct les réactions après l'attaque terroriste d'une église

Les premiers éléments transmis aux policiers proviennent de cette religieuse qui a réussi à s'enfuir. Selon ses déclarations, les deux hommes se sont enfermés dans l'église avant de tuer le prêtre et de blesser trois autres personnes. Ils ont été abattus par les policiers lorsqu'ils sont sortis de l'église.

Refoulé en Turquie

Selon nos informations, les policiers de la BAC arrivés rapidement sur les lieux ont identifié rapidement un des deux terroristes abattus par les hommes de la BRI de Rouen, appelés en renfort. L'identification formelle nous a été confirmée dans l'après-midi par une source proche de l'enquête. Il s'agit, d'Adel K., un jeune homme qui a voulu se rendre en Syrie en 2015 et qui a été arrêté par les services de police turcs avant d'être remis à la France et d'être incarcéré, en 2015, dans le cadre de cette instruction.

Cet homme a ensuite été placé sous bracelet électronique en mars 2016, conformément à une disposition prévue par la loi comme alternative à l'incarcération. Le parquet antiterroriste avait fait appel de cette décision, sans obtenir gain de cause. Il avait toutefois l'autorisation de sortir de chez lui entre 8h30 et 12h30, nous précise une autre source proche de l'enquête.

13 prévenus et condamnés pour terrorisme sous bracelet électronique

Comme lui, sept prévenus se trouvent actuellement placés sous surveillance électronique dans l'attente de leur jugement, dans le cadre d'une affaire de terrorisme islamiste, a indiqué à metronews le ministère de la Justice. Et six autres, déjà condamnés pour terrorisme, bénéficient d'un aménagement de peine et sont surveillés par un bracelet électronique.

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Allemagne : Angela Merkel annonce un reconfinement partiel de quatre semaines dès lundi

"Vous avez un problème avec la République", vive altercation à l'Assemblée entre Blanquer et Mélenchon

Reconfinement : ce que l'on sait des pistes envisagées par l'exécutif

Les écoles et les collèges vont-ils rester ouverts en cas de reconfinement ?

REPLAY - Didier Raoult sur LCI : "Je ne suis pas Nostradamus"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent