Attentat déjoué : "Ma fille se cherche, elle a été manipulée", estime la mère de l’ado interpellée dans l'Hérault

FAITS DIVERS

Toute L'info sur

Projet d'attentat déjoué dans l'Hérault

CHOQUÉE - La maman de la jeune fille de 16 ans, interpellée vendredi et soupçonnée d’avoir voulu commettre un attentat après avoir prêté allégeance à Daech, a confié sa surprise et sa douleur, au micro de RTL.

"Ma fille se cherche et elle a été manipulée." Encore sous le choc, sous le coup de la surprise et du désarroi, la mère de l’adolescente de 16 ans, qui a été interpellée vendredi dans la région de Montpellier avec trois autres personnes, et est soupçonnée de vouloir commettre un attentat "imminent" en France, s’est exprimée ce samedi matin au micro de la radio RTL.

La mère de famille de trois enfants est tombée de haut en voyant sa fille embarquée à 6 h du matin vendredi, soupçonnée de terrorisme. Avec elle, trois hommes âgés de 20, 26 et 33 ans, dont l'un pourrait avoir voulu mourir en kamikaze. Certains d’entre eux avaient été identifiés sur les réseaux sociaux, notamment sur la messagerie cryptée Telegram, très prisée des djihadistes.

Mais l’adolescente avait également diffusé une vidéo sur les réseaux sociaux le 8 février, dans laquelle elle prêtait allégeance au groupe djihadiste Etat islamique. Elle avait exprimé la volonté de partir en zone syro-irakienne ou sinon de frapper la France. Parmi les hypothèses, le fait qu’elle projetait de se marier avec le garçon de 20 ans, avant que celui-ci ne se fasse exploser. La jeune fille aurait ensuite gagné la Syrie avec le statut de veuve. 

C'est un drame familial- La maman de l'adolescente interpellée

La maman de la jeune fille ne comprend pas, n’a pas vu ce basculement express. La douleur en est d’autant plus grande. "Imaginez dans quel état j'étais", raconte-t-elle à RTL. "Je suis très choquée puisque je n'ai absolument pas pu imaginer ce genre de choses, qu'un jeune homme quand même très jeune puisse entraîner ma fille." Elle poursuit : "Ma fille se cherche, et si elle a été manipulée, il n’y a pas de limite pour ces gens qui veulent recruter. Ils prennent des personnes qui sont un peu fragilisées. Elle a été manipulée par Internet et ce jeune homme", estime-t-elle, avant de lâcher : "C'est un drame familial, comme jamais."

Mohamed, 41 ans, est abasourdi après l'interpellation des quatre individus :  il hébergeait l'individu âgé de 20 ans dans son appartement, où les enquêteurs ont en outre saisi un puissant explosif.  Sa soeur, Myriam, se souvient même d'avoir mis en garde Sarah, qui avait parlé de Daesh devant elle. La jeune fille, par ailleurs descolarisée, "n'avait pas l'air de m'écouter, elle avait l'air buté dans le sens 'j'ai mes idées à moi'", dit-elle. Elle décrit néanmoins l'adolescente comme "une bonne personne, une fille très gentille, qui me semblait pieuse, plutôt mature". "Je suis sous le choc... Puis elle n'a que 16 ans la gamine, elle est tombée sur des gens qui... des fous, des psychopathes", regrette-t-elle.

De nombreux attentats ou projets ont été déjoués depuis début 2015. Le 13 décembre, le ministre de l'Intérieur avait fait état de "pas moins de 13 tentatives impliquant plus d'une trentaine d'individus", dont des femmes et des mineurs, depuis l'attentat de Nice du 14 juillet.

Voir aussi

En vidéo

VIDEO. Projet d'attentat kamikaze : quatre arrestations à Montpellier et à Sète

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter