Attentat déjoué : ce que l'on sait de l'opération anti-terroriste à Strasbourg et Marseille

DirectLCI
ENQUÊTE - Sept hommes ont été arrêtés par la DGSI à Strasbourg et Marseille ce week-end, dans le cadre d'une vaste enquête sur un réseau terroriste. "Un attentat envisagé de longue date a été déjoué", a indiqué Bernard Cazeneuve.

"Un nouvel attentat a été déjoué", a affirmé lundi le ministre de l'Intérieur. Dans le cadre de cette potentielle attaque, prévue "de longue date" précise Bernard Cazeneuve, sept hommes ont été arrêtés par la DGSI à Strasbourg et Marseille depuis samedi soir. De nationalités française, marocaine et afghane, ils sont âgés de 29 à 37 ans. 


Selon nos informations, quatre de ces interpellations ont été menées à Strasbourg dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 novembre. Et l'un des quatre hommes interpellés travaillait dans un service périscolaire de l'Eurométropole. Il était au contact d'enfants scolarisés en maternelle. 


Trois autres personnes ont été interpellées à Marseille. L'une d'entre elles serait le principal maillon visé par le coup de filet. L'autre, un Afghan de 32 ans, serait son "logeur". A Strasbourg, des armes et des écrits djihadistes ont été retrouvés. Des échanges téléphoniques entre les deux groupes ont également été interceptés. 


Par ailleurs, certains membres du réseau sont soupçonnés d'avoir séjourné en Syrie, a-t-on appris ce lundi de source proche de l'enquête. 

La cible était plutôt en région parisienneRoland Ries, maire de Strasbourg

Cette opération est l'aboutissement d'une enquête menée "depuis plus de huit mois". Elle avait déjà permis une première série d'interpellations "de cinq individus liés à ce réseau" le 14 juin, à la veille de l'Euro. L'enquête, confiée au parquet antiterroriste, devra définir le rôle de  chacune des personnes interpellées et "établir si l'attentat était une attaque coordonnée visant à frapper simultanément plusieurs sites sur le territoire", ajoute-t-il.


Le ministre n'a ainsi pas précisé la ou les cibles envisagées par ce réseau, à cinq jours de l'ouverture du célèbre marché de Noël de Strasbourg, qui attire chaque année deux millions de personnes. "Cazeneuve m'a confirmé que Strasbourg n'était pas visée. La cible était plutôt en région parisienne", a toutefois rapporté le maire de Strasbourg, Roland Ries.


"Jamais la menace terroriste n'a été aussi élevée", a martelé Bernard Cazeneuve ce 21 novembre. Pour la seule année 2016, près de vingt attentats auraient été déjoués en France. Début septembre, la police a notamment arrêté un commando de femmes jihadistes à l'origine d'un attentat avorté à la voiture piégée, retrouvée le 4 septembre non loin de Notre-Dame-de-Paris. Elles préparaient également une attaque "imminente" contre une gare parisienne ou de l'Essonne, selon les autorités. 

En vidéo

Attentat déjoué à Paris : une première suspecte mise en examen et écrouée

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter