Attentat déjoué de Villejuif : un complice présumé de Sid Ahmed Ghlam mis en examen

FAITS DIVERS
ENQUÊTE - Un complice présumé de Sid Ahmed Ghlam, soupçonné de meurtre et de tentative d'attentat à Villejuif en avril 2015, a été mis en examen vendredi. Il s'ajoute aux trois autres individus soupçonnés d'appui logistique dans l'attentat.

Un homme soupçonné d'avoir fourni une aide logistique à Sid Ahmed Ghlam a été mis en examen vendredi dans l'enquête sur l'attentat déjoué contre des églises à Villejuif le 19 avril dernier. Le complice présumé est mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste de nature criminelle. Cet homme de 35 ans a demandé un débat différé sur son placement en détention provisoire,mais a été écroué dans l'attente de ce débat.

Le suspect a reconnu en garde à vue avoir vendu des gilets pare-balles à un complice, déjà mis en examen et écroué dans cette affaire. Il nie en revanche avoir eu connaissance de la destination finale des gilets, précise cette source. Il a été interpellé avec un autre complice présumé, mercredi matin en Seine-Saint-Denis par les policiers de la Section antiterroriste de Paris (SAT) avec l'appui de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI).

Appui logistique

Des perquisitions étaient effectuées mercredi au domicile des deux hommes d'une trentaine d'années, présentés comme des complices présumés de Sid Ahmed Ghlam. La garde à vue du second complice présumé a été levée. Ces nouvelles interpellations s'ajoutent à la mise en examen de trois autres complices présumés pour "association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes en relation avec une entreprise terroriste". Deux d'entre eux auraient, rappelle la chaîne, fourni à Sid Ahmed Ghlam la voiture, tandis qu'un troisième aurait apporté des armes. L'enquête a montré que Ghlam a échangé des mails cryptés, en partie décodés, avec un homme se trouvant sans doute en zone syro-irakienne.

Sid Ahmed Ghlam, accusé du meurtre par balles d'Aurélie Châtelain, 32 ans, retrouvée dans sa voiture incendiée en avril, nie en bloc. Sa déposition a été fortement remise en cause au cours des investigations.

À LIRE AUSSI
>> Attentat déjoué de Villejuif : la version de Sid Ahmed Ghlam remise en cause

>> Attentat déjoué de Villejuif : les commanditaires étaient français

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter