Attentat en Isère : 4 mois de sursis pour avoir publié sur Facebook la photo de la tête de la victime décapitée

FAITS DIVERS
JUSTICE – Un jeune homme de 21 ans a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Saint-Etienne à une peine de 4 mois de prison avec sursis pour avoir publié sur son compte Facebook la photo de la tête de l'homme décapité en Isère le 26 juin dernier.

Quatre mois de prison avec sursis. C’est la peine dont vient d’écoper un jeune homme souffrant d'un "léger retard mental" pour avoir publié sur son compte Facebook la photo de la tête de l'homme décapité en Isère le 26 juin. Âgé de 21 ans, le jeune homme, qui habite dans la Loire, a été condamné vendredi pour "apologie publique d'un acte de terrorisme" par le tribunal correctionnel de Saint-Etienne.

En juin dernier, la France était plongée dans l’horreur au moment de l'arrestation de Yassin Salhi, soupçonné d’avoir attaqué une usine classée Seveso en Isère et d’avoir décapité son employeur, Hervé Cornara. Depuis, il a été mis en examen pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste et placé en détention provisoire. Peu après l’attaque du 26 juin, une photo macabre circule rapidement montrant la tête du chef d’entreprise assassiné. L’enquête permettra d’établir qu’ un officier stagiaire était à l’origine de cette diffusion ; des faits qu’il reconnaîtra rapidement. Des poursuites ont été lancées contre lui, pour apologie du terrorisme, par le parquet de Vienne.

EN SAVOIR +
>> La décapitation d'une victime de terrorisme, une première en France
>> Yassin Salhi mis en examen pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste

Dénoncé par ses "amis" Facebook

Comme le souligne le quotidien régional Le Progrès , qui a révélé la condamnation du jeune homme, ce dernier n'aurait pas pris la mesure de la gravité de son acte lorsqu’il a posté la photo sur son compte Facebook, il y a de ça quelques semaines. Il trouvait ça "drôle", précise le site.

La photo, qu’il avait récupérée sur Internet, sera très vite dénoncée par un proche du jeune homme, qui l’aurait fait suivre à la gendarmerie de la Loire via leur compte Facebook.

À LIRE AUSSI >>   Hervé C., le chef d'entreprise décapité : "Un mec formidable"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter