Attentat en Isère : que sait-on de Yassin Sahli, l’auteur présumé de l’attaque ?

Attentat en Isère : que sait-on de Yassin Sahli, l’auteur présumé de l’attaque ?

DirectLCI
SUSPECT – Arrêté peu de temps après l’attaque de l’usine Air Products de Saint-Quentin Fallavier (Isère), Yassin Salhi fait office d’auteur présumé de cet attentat qui s’est soldé par la mort d’un homme, décapité. Que sait-on de ce trentenaire, un temps fiché par les services de renseignement ? Eléments de réponse.

Trois heures seulement après les tragiques événements de vendredi matin, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a livré aux médias l’identité du principal suspect dans l’attaque terroriste contre l’usine Air Products de Saint-Quentin Fallavier , en Isère. Son nom : Yassin Salhi, un chauffeur-livreur de 35 ans, résidant à Saint-Priest, en banlieue lyonnaise, et père de trois enfants.

Que sait-on de cet individu, qui aurait décapité son employeur de 54 ans et accroché sa tête sur un grillage avant de projeter sa voiture sur des bonbonnes de gaz de l'usine ? Toujours par la bouche de Bernard Cazeneuve, on a appris que l’homme, neutralisé par un pompier qui intervenait sur le site, avait été suspecté de radicalisation. Il avait même fait l’objet en 2006 d’une fiche S (atteinte à la sureté de l’Etat), c’est-à-dire que ses mouvements et ses fréquentations étaient surveillés par les services de renseignement. Cette fiche n’avait pas été renouvelée en 2008. Par ailleurs, son casier judiciaire était vide, a poursuivi le ministre de l’Intérieur.

DIRECT >> Suivez les événements en temps réel

Toutefois, a révélé RTL vendredi après-midi, en 2013 et 2014, deux notes s’alarmaient de la radicalisation de Yassin Salhi . En soirée, le procureur de Paris, François Molins, en charge de l'enquête, a précisé qu'entre 2011 et 2014, le trentenaire avait "attiré ponctuellement" l'attention des services de renseignement en raison de ses liens avec la mouvance islamiste locale. Insuffisant toutefois pour empêcher son passage à l'acte. Sollicités par les médias ce vendredi, ses voisins à Saint-Priest ont eux évoqué un homme discret et ne posant aucun problème.

De son côté, L'Est Républicain rappelle que le suspect est natif de Pontarlier, dans le Doubs. Parti de la région il y a une dizaine d'années, il aurait, selon le quotidien régional, fréquenté un certain "Ali", réputé pour avoir voulu radicaliser, en vain, la mosquée de la ville au début des année 2000. Cet homme, aujourd'hui au Maroc, est suspecté d'avoir participé à un attentat en Indonésie, ce qu'il nie fermement.

LIRE AUSSI
>> Le témoignage saisissant de l'épouse du suspect >> Lutte contre le terrorisme : c'est quoi une fiche S ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter