Attentat raté aux Champs-Elysées : le terroriste Adam D. soupçonné d'avoir alerté les médias fin mai dans un courrier

DirectLCI
TERRORISME - Adam D., auteur de l’attentat raté des Champs-Elysées le lundi 19 juin 2017 et mort le jour même sur la célèbre avenue du 8e arrondissement de Paris, est soupçonné d’avoir alerté plusieurs médias de son geste à venir trois semaines plus tôt dans une lettre. L’auteur de la missive envoyée le 29 mai 2017 visait déjà les forces de l’ordre.

Deux lettres, et plusieurs indices. Adam D. avait-il alerté plusieurs médias du geste qu’il allait commettre trois semaines plus tard dans le très chic et très fréquenté 8e arrondissement parisien ? 


Dans une lettre-testament envoyée à ses proches le jour où ce dernier a foncé sur un fourgon de gendarmerie, le terroriste âgé de 31 ans avait indiqué qu’il avait fait cela parce que les Français n’auraient "pas tenu compte de l’avertissement envoyé par les soldats du Califat". Quel est donc ce mystérieux avertissement ? 


Pour les policiers, il s'agirait de celui lancé trois semaines plus tôt, le 29 mai précisément, dans une lettre adressée à plusieurs médias et qui avait déclenché l’ouverture d’une enquête préliminaire deux jours plus tard, le 31 mai. 

En vidéo

Tentative d’attentat sur les Champs-Elysées : l’enquête permet de saisir un peu plus la personnalité d’Adam D.

"Message au peuple français"

Ainsi, selon les informations du Monde, les policiers ont découvert le 22 juin, soit trois jours après que l’attaque, un fichier explicite dans l’ordinateur d’Adam D., ordinateur qui se trouvait dans son véhicule sur les Champs-Elysées et qui avait été endommagé. 


"Intitulé 'Message au peuple français de la part des soldats de l’Etat islamique', le document est identique, au mot près, à la lettre visée par l’enquête du 31 mai : le courrier a donc très probablement été rédigé par Adam D., ou en tout cas à partir de son ordinateur", indique le quotidien. 


Le lundi 29 mai, plusieurs médias avaient reçu par mail une lettre de huit pages accompagnée d’un photomontage avec le drapeau de l’organisation Etat islamique (EI) et l'expression "soldats du Califat" écrite à l’aide de munitions. "Le montage était complété par la photo d’un fusil d’assaut, qui a été reconnu par les enquêteurs comme étant l’une des armes retrouvées dans le véhicule d’Adam D., indice supplémentaire de l’origine du courrier. Le mail était signé par un certain "Abou Mahdi al Roumi", autopromu "porte-parole des soldats du Califat en France", poursuivent nos confrères.


Le quotidien précise que le courrier a été rédigé sans aucune faute de français, comme le testament d'Adam D. envoyé le 19 juin à ses proches, et que par ailleurs "son contenu est découpé en plusieurs chapitres : 'Qui mène la propagande ?', 'Qui sont les barbares ?', 'Ce que vous devez faire pour que cela cesse', etc."

En vidéo

Attentat des Champs-Elysées : Adam D., islamiste radical fiché S ... et tireur amateur

"Vos gilets pare-balles et vos pistolets ne vous suffiront pas"

L'auteur du courrier envoyé le lundi 29 mai précise que celui-ci a été "envoyé à tous vos dirigeants et à tous vos grands médias : Palais de l'Elysée, Matignon, Assemblée Nationale, police, Armée, chaînes de télé les plus regardées, stations de radio les plus écoutées, journaux les plus lus et sites d'information en ligne les plus consultées". Seuls quelques médias ont été identifiés à ce jour.


Dans les huit pages, il dénonce les bombardements de la coalition internationale contre Etat islamique, et menace directement les forces de l’ordre : "Oh vous, les policiers français, si vous continuez à obéir à votre gouvernement aveuglément (…) sachez que vos gilets pare-balles et vos pistolets ne vous suffiront pas face à nos kalachnikovs et nos ceintures explosives".

Emmanuel Macron a "sept jours pour répondre"

La lettre se poursuit et donne une liste d’exigences, notamment "l’arrêt immédiat des bombardements", la "libération de tous les musulmans emprisonnés pour avoir tenté de commettre un attentat". 


Puis l'auteur continue et prévient que le "nouveau président" français a "sept jours pour répondre favorablement à nos demandes en faisant une déclaration officielle". Le délai devait expirer le 5 juin, soit deux semaines jour pour jour avant  l’attaque des Champs-Elysées. 

Capture écran du mail

Nos confrères ajoutent que le 30 mai, au lendemain de l’envoi de ce courrier aux rédactions, son auteur avait écrit un mail à l’écrivain Marc-Edouard Nabe : "Connaissant vos positions, nous sommes certains que vous serez une des premières personnalités influentes à diffuser notre message", écrivait le terroriste. "L’écrivain, apprécié de la mouvance djihadiste en raison de sa lecture compréhensive des attentats, s’est aussitôt exécuté : il a reproduit une capture d’écran du mail et de la lettre de huit pages sur son compte Twitter", ajoute Le Monde

Pendant trois semaines, la sous-direction antiterroriste (SDAT) et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), ont tenté durant plusieurs semaines d’identifier l'auteur de la missive. En vain. "Les adresses IP étaient verrouillées, rien n’est ressorti", explique un enquêteur. Un travail d’analyse sur le contenu et le style de la lettre a alors été initié. "Mais il n’avait pas permis de remonter jusqu’à Adam D. avant qu’il ne passe à l’acte", précise le journal. 


Les investigations se poursuivent pour savoir notamment si Adam D. est bien l'auteur du courrier et si d'autres médias ou personnalités ont été destinataires de la lettre. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter