Attentat raté aux Champs-Elysées : un véritable arsenal retrouvé dans la voiture et chez Adam D.

TERRORISME – François Molins, a donné ce jeudi une conférence de presse après l’attentat raté lundi sur les Champs-Elysées dans le 8e arrondissement de Paris. L’auteur, Adam D., 31 ans est décédé juste après avoir foncé avec son véhicule sur le fourgon de tête d’un convoi de gendarmerie qui descendait la plus belle avenue du monde. Le procureur de la République de Paris a dévoilé l’impressionnant arsenal qui était aux mains du terroriste présumé.

L’auteur de l’attaque est décédé, quelques minutes après sa tentative d'attentat, lundi en milieu d’après-midi. 72 heures après les faits perpétrés le 19 juin à 15h39 sur les Champs-Elysées, le procureur de la République François Molins a livré de nouveaux éléments sur l’attaquant, Adam D. 31 ans. Le magistrat est revenu notamment sur l’arsenal impressionnant du trentenaire.  Dans le véhicule d’Adam D. sur les Champs-Elysées ont été retrouvés plusieurs armes et engins potentiellement explosifs.  


Ainsi, sur la banquette arrière se trouvaient deux bouteilles de gaz de 13 kilos chacune pleine et toujours dotée de leurs opercules de sécurité.  "Les bouteilles étaient posées contre les deux portières. Entre ces deux bouteilles se trouvaient plusieurs cartons contenant un très grand nombre de cartouches de différents calibres. Il y avait ainsi 2.200 cartouches de calibre 12, 800 de calibre 7.62 , plus de 2.000 cartouches de calibre 9mm, et plus de 3.700 cartouches de calibre 22 long rifle", a précisé le procureur.   Le magistrat a indiqué que les investigations avaient permis d'établir que les bonbonnes de gaz avaient été achetées "le dimanche 18 juin sur un site d ‘annonces Internet". 

"Un grand sac contenant 28 chargeurs, 1 pistolet glock 17 muni"...

Au sol, au niveau du passager avant, ont été aussi saisis : "Un grand sac contenant 28 chargeurs, 1 pistolet glock 17 muni d’un double chargeur, 1 carabine de calibre 7.62, calibre similaire à celui d’un fusil d’assaut kalachnikov, ainsi que plusieurs couteaux dont un couteau multipointe et une lampe Taser". 


Deux briquets ont été également retrouvés : un dans le vide-poche central de la voiture, l'autre dans la poche de l’auteur de l'attentat raté.  "Une besace calcinée qui contenait de très nombreux projectiles ressemblant à des ogives a également été retrouvé dans la voiture a poursuivi François Molins. Adam D. était en outre trouvé porteur d’une arme de poing type glock 19 avec chargeur approvisionné et engagé". 

Au domicile, là aussi, des armes partout...

La perquisition au domicile de l’auteur a permis de découvrir dans les sous-sols du pavillon de Plessis-Pâté dans l'Essonne un stock important là encore.


Voici la liste dévoilée ce jeudi par le procureur : 


- Huit bidons vides de rechargement de munitions d’une contenance de 500g chacune ont été découvertes. "Cette poudre noire a pu avoir été utilisée par le mis en cause pour confectionner ses propres munitions. Il convient aussi de relever que cette poudre peut servir à la confection d’un engin explosif artisanal. Les enquêteurs ont sur ce point relevé la présence curieuse d’une couscoussière entourée de chatterton pouvant également servir à cette fin", a commenté le magistrat. 


- Ont aussi été trouvés" deux fusils à pompe de marque Remington et Baikal, quatre mini-alarmes dont deux à détecteurs de mouvement, deux talkie-walkie, un sac contenant du coton, des serflex, une chambre à air, du scotch d’électricien et du fil de fer, cinq cartouchières pour armes d’épaule, deux ceintures cartouchières, deux étuis multiples de chargeurs, deux appareils de visée laser, une machette, un cran d’arrêt, un couteau de chasse, 24 boîtes vides de munitions de calibre 9mm, 1 pistolet Sig Sauer et une matraque télescopique". 


- Enfin, "dans une chambre du logement était en outre saisi un fusil à lunette", a fait savoir François Molins

Titulaire d'autorisations de détention d'arme...

Par ailleurs, le procureur a confirmé qu'Adam D. était titulaire d'autorisation de détention d'arme de catégorie B (Glock 19, pistolet Sig Sauer, carabine de chasse calibre 7.62mm). 

Adam D. avait en outre déclaré plusieurs armes de catégorie C : deux fusils de chasse de marque Baikal calibre 12 et deux carabines (CZ et Remington). Ces autorisations de détention d'armes avaient toutes été obtenues au cours de l'année 2015, a indiqué François Molins. 


Si selon le procureur tous ces "éléments témoignent de la préparation indiscutable d’une action violente", de nombreuses questions restent sans réponse à ce jour.  "Quel était donc le projet précis de l’auteur ? Avait-il prédéterminé sa cible ? Avait-il choisi le lieu ? Comment avait-il conçu son dispositif qui selon toute vraisemblance avait pour objet de faire de son véhicule un engin explosif ? A-t-il précipité son action et pour quelle raison ?", s'est interrogé le magistrat. 

Les investigations se poursuivent

Les quatre membres de la famille d'Adam D., donc mort lundi dans un attentat raté contre des gendarmes sur les Champs-Élysées à Paris, ont été relâchés mercredi en fin d'après-midi après deux jours de garde à vue, a fait savoir une proche de l'enquête jeudi.


Son père, son ex-épouse, son frère et sa belle-sœur avaient été interpellés lundi soir dans le pavillon de banlieue de Plessis-Pâté (Essonne) où la famille vit depuis 28 ans, peu après l'attaque de cet homme de 31 ans, fiché S, qui avait fait allégeance dans une lettre-testament au groupe Etat islamique (EI).

En vidéo

Plusieurs questions autour de la tentative d’attentat sur les Champs-Elysées

L'enquête a été confiée à la section antiterroriste de la police judiciaire parisienne et à la DGSI par le parquet de Paris. Les investigations se poursuivent. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat des Champs-Élysées

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter