Attentats : Cazeneuve promet aux policiers de renforcer leurs moyens

FAITS DIVERS
TERRORISME – Douze jours après les attentats qui ont endeuillé les fonctionnaires de police, leurs représentants, toutes tendances confondues, étaient reçus lundi matin par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. L'occasion pour eux de revenir sur le manque de moyens matériels et humains, mis en lumière par les récentes attaques.

Lundi matin, les syndicats de police reçus par le ministre de l’Intérieur étaient au rapport. Ou plutôt l'inverse. Car les représentants des fonctionnaires attendaient beaucoup de cette réunion place Beauvau, douze jours après les attentats. Bernard Cazeneuve leur a promis de dévoiler mercredi, à l'issue du Conseil des ministres, une série de mesures visant à "renforcer leurs moyens et leur propre sécurité".

"Combler nos carences"

"Nous serons attentifs à ces annonces car il y a urgence. Le 100% sécurité n'existe pas mais il faut moderniser la police nationale. L'opportunité, malheureusement dans des circonstances dramatiques, nous est donnée de faire bouger les lignes", commente Philippe Capon, le secrétaire général d’Unsa police, au sortir de la réunion. "Les attentats ont mis en lumière ce que les policiers dénoncent depuis longtemps : la paupérisation de l'institution en moyens humains, matériels, financiers et juridiques", confirme Patrice Ribeiro, de Synergie Officiers.

Si le ministre n'a pas détaillé les mesures à venir, l'accent devrait être mis sur le renforcement du renseignement et de l'antiterrorisme. "Il nous faut combler nos carences technologiques, nous avons aujourd'hui des logiciels, sur certains systèmes, qui datent de plus de quinze ans… Il n'y a pas de failles dans la méthode mais dans les outils qui sont mis à notre disposition", détaille Patrice Ribeiro.
Pour les syndicats, le gouvernement est aujourd'hui condamné à agir. "Compte tenu de la menace terroriste en France, l'inverse serait irresponsable", conclut Philippe Capon. Les représentants des forces de police seront reçus dans les prochains jours par le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy.

Lire et commenter