Attentats dans l'Aude : les zones d'ombre autour de l'assaut de Trèbes

FAITS DIVERS
CHRONOLOGIE - Un peu plus de trois semaines après les attentats perpétrés dans l’Aude, des doutes sont venus ternir le scénario de l’assaut mené par le GIGN à Trèbes. En cause : le déroulé exact de l’opération.

Le récit officiel semblait clair et sans appel. Plus de trois semaines après les attentats ayant fait quatre morts dans l’Aude, des doutes sont pourtant venus ternir le scénario de l’assaut mené par le GIGN à Trèbes. En cause : la chronologie de l’opération. 


Vendredi 23 mars, il est environ 12H lorsqu'Arnaud Beltrame propose de se substituer à une otage, une caissière, retenue par le terroriste. Les deux hommes se retrouvent enfermés dans la salle des coffres du supermarché. Le gendarme pousse alors Radouane Lakdim à discuter au téléphone avec un négociateur de l’unité d’élite de la gendarmerie. 

Douze minutes qui posent question

À 14H16, tout s’accélère. Grâce au téléphone resté allumé de celui qui allait devenir le "héros" de tout un pays, les forces de l’ordre entendent des cris. Une scène de lutte, comme si le militaire tentait de désarmer le djihadiste. Arnaud Beltrame crie : "Assaut, assaut." Trois coups de feu sont tirés par Radouane Lakdim, qui finit par achever sa victime au couteau. 


C’est là que les versions divergent. Les enquêteurs ne savent toujours pas si l’assaut est lancé immédiatement ou plus tardivement. Seule certitude : selon le GIGN, l’opération s’est achevée à 14H28, soit douze minutes après son lancement. Un délai indispensable, d’après les gendarmes, pour avancer en toute sécurité dans le supermarché, alors que l’assaillant, armé d’explosifs, les attendait sans doute pour se faire sauter. 


Les juges antiterroristes souhaiteraient néanmoins y voir plus clair. Ils pourraient prochainement demander le déroulé de l’assaut, seconde par seconde, pour lever ces zones d’ombre. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentats dans l'Aude : quatre morts

Sur le même sujet

Lire et commenter