Attentats de janvier : un ami d'Amedy Coulibaly soupçonné d'être l'auteur des tirs sur le joggeur

Attentats de janvier : un ami d'Amedy Coulibaly soupçonné d'être l'auteur des tirs sur le joggeur

ENQUÊTE – Le joggeur grièvement blessé par balles à Fontenay-aux-Roses le 7 janvier dernier, en marge des attentats de Paris, a dédouanné Amedy Coulibaly et identifié un de ses proches comme étant son agresseur présumé. Il l'a reconnu dans des reportages télévisés.

On a longtemps attribué à Amedy Coulibaly l'agression de Fontenay-aux-Roses, commise entre l'attaque de Charlie Hebdo et la tuerie qu'il a perpétré dans l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Mais la piste du terroriste tirant pour "s'entraîner" à proximité de son domicile - il habitait à quelques centaines de mètres de là - s'éloigne : un autre homme, l'un des proches de Coulibaly, apparaît désormais comme le suspect numéro un des coups de feu contre le joggeur. C'est la victime elle-même qui l'accuse, révèle jeudi Le Parisien .

EN SAVOIR + >> Un joggeur grièvement blessé au dos et à la jambe

Entendu par les juges d'instruction en charge du dossier le 6 mai dernier, rapporte en effet le quotidien, ce trentenaire désormais hors de danger a formellement assuré que le tireur n'était pas noir et qu'il ne s'agissait de toute façon pas, selon lui, de Coulibaly. Il a même indiqué avoir reconnu son agresseur dans deux reportages télévisés sur l'affaire : il s'agirait d'un certain Amar Ramdani, 34 ans, déjà mis en examen depuis le mois de mars dans le cadre de l'enquête sur les complicités dans les attentats de Paris.

Il avait rencontré Coulibaly la veille

"Quand il a découvert ce visage, Thomas a aussitôt confié à sa famille que c'était cet individu, ou quelqu'un qui lui ressemblait beaucoup, qui lui avait tiré dessus", explique un policier au Parisien. Le journal souligne que deux éléments au moins rendent cette thèse crédible : d'abord, la présence d'Amar Ramdani en région parisienne le jour des faits. "Ensuite, sa rencontre certaine avec Amedy Coulibaly la veille et par là même la possibilité d'avoir été en possession de l'arme ayant servi aux tirs, un Tokarev retrouvé dans les affaires du terroriste."

A LIRE AUSSI >> Attentats de Paris : ces quatre amis qui auraient "armé" Amedy Coulibaly

Amar Ramdani a toujours réfuté ces accusations en bloc. En mars, alors qu'on commençait à évoquer son nom pour l'agression de Fontenay-aux-Roses, son avocat, maître Régis Méliodon, soulignait ainsi auprès de MYTF1News que son client niait "farouchement être lié de près ou de loin aux attentats" : "Il dit être juste un compagnon d'infortune d'Amedy Coulibaly qu'il a connu en détention".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 23.996 cas ces dernières 24 heures, en hausse de 7% sur une semaine

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

Alexeï Navalny envoyé en colonie pénitentiaire : "Personne n'en sort indemne"

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter