Attentats de Paris : la soeur de Mohamed Abrini appelle son frère à se rendre

Attentats de Paris : la soeur de Mohamed Abrini appelle son frère à se rendre

DirectLCI
ENQUÊTE - Alors que ce proche des frères Abdeslam est toujours en fuite, sa soeur a pris la parole dans Le Parisien, ce samedi 28 novembre. A son frère, recherché par toutes les polices du monde pour son rôle dans les attentats du 13 novembre, elle conseille de "se constituer prisonnier".

Avec Salah Abdeslam, Mohamed Abrini compte parmi les hommes les plus traqués en Europe. Repéré en compagnie d'un des membres du commando qui a semé la terreur vendredi 13 novembre sur les terrasses des 10e et 11e arrondissements, cet habitant de Molenbeek fait l'objet d'un mandat de recherche international. Il est soupçonné d'avoir, au pire, aidé à la préparation des attentats, au mieux, d'avoir facilité la fuite de Salah Abdeslam.

Un café "de temps en temps" avec les frères Abdeslam

Interviewée par Le Parisien ce samedi 28 novembre, sa sœur Ikram, persuadée de son innocence, lui a ainsi conseillé "de se constituer prisonnier quelque part et de s'expliquer au plus vite." Première avocate de son frère, elle y dresse le portrait d'un frère "protecteur et aimant". "Un bon fils, aimable et respectueux", bien éloigné des éléments que les enquêteurs ont pu réunir à propos de ce Belgo-Marocain de trente ans, dont le passé de djihadiste revenu en Belgique est désormais avéré.

Les liens avec les frères Salah ? Ikram Abrini l'attribue à leur proximité géographique dans leur quartier de Molenbeek, dont ces trois hommes sont issus. Tout juste concède-t-elle "qu'il buvait de temps en temps un café avec eux", sans pour autant "les connaître plus que ça".

La théorie du piège

Pour le reste, la jeune femme confirme, "formelle", que son frère était bien à Molenbeek le vendredi 13 novembre. Il a fait un passage chez ses parents en milieu de soirée, avant de repartir : "Depuis, nous ne savons plus rien. Peut-être a-t-il eu peur ? Peut-être a-t-il compris avoir été piégé ?" s'interroge-t-elle. Un argument qui n'est pas sans faire penser à celui développé par la défense d'Ali Oulkadi, chauffeur de Salah Abdeslam après les attentats, et qui ne l'aurait pas reconnu sur le moment.

EN SAVOIR +
>> Le chauffeur présumé de Salah Abdeslam "transpire l'innocence"
>> Sa famille est formelle : Abrini était à Molenbeek pendant les attentats

Filmé par la vidéosurveillance d'une station-service de l'Oise l'avant-veille des attentats prenant le volant de la Clio qui a servi aux massacres des terrasses, Mohamed Abrini est activement recherché. A l'instar de nombreux habitants de Molenbeek, ville dont il avait par ailleurs était radié des registres après son départ en Syrie.

EN SAVOIR +
>> Attentats du 13 novembre : qui sont les suspects de Bruxelles ?
>> Un mandat d'arrêt international lancé contre Mohamed Abrini

>> Mohamed Abrini, de petit commerçant à djihadiste

 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter