Attentats de Paris : Mohamed Abdeslam licencié par la ville de Molenbeek

FAITS DIVERS
DirectLCI
TERRORISME - Selon La Dernière Heure, Mohamed Abdeslam, employé communal au service des Etrangers de cette ville de la banlieue bruxelloise, aurait perdu son poste. En cause, ses déclarations sur le fait que son frère Salah aurait épargné des vies le 13 novembre.

Ce sont ses déclarations récentes qui auraient scellé son sort. Mohammed Abdeslam, le frère de Salah et Brahim Abdeslam, a été licencié par la ville de Molenbeek en début de semaine, rapporte ce mercredi 13 avril La Dernière Heure

En congé maladie depuis cinq mois

Début avril, après avoir rendu visite à son frère emprisonné à Bruges, cet employé communal au service des étrangers avait en effet déclaré à la presse que Salah Abdeslam avait "volontairement refusé de se faire sauter" le soir du 13 novembre. "Si j’avais voulu, il y aurait eu plus de victimes. Heureusement, je n’y suis pas allé", lui aurait ainsi confié le terroriste, également soupçonné de vouloir préparer une fusillade dans le centre de Bruxelles avant d'être interpellé à Molenbeek le 18 mars.

Toujours selon La Dernière Heure , Mohamed Abdeslam travaillait dans l'administration communale avant de se mettre en congé maladie au lendemain des attentats de Paris. Il n'était pas revenu travailler depuis cinq mois. Son image avait par ailleurs été ternie suite aux révélations concernant son implication dans l’affaire du gang des ambulanciers charognards. En revanche, le désormais ex-employé touchera bien des indemnités en vertu de la procédure. 

EN SAVOIR+
>>  Attentats de Paris : Salah Abdeslam aurait "volontairement refusé de se faire sauter"
>>  VIDEO - Le père de Salah Abdeslam espère que son fils "va parler"
>>  Enquête ouverte après la publication d'une photo de Salah Abdeslam

 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter