Attentats de Paris : Salah Abdeslam a-t-il craqué ?

Attentats de Paris : Salah Abdeslam a-t-il craqué ?

FAITS DIVERS
DirectLCI
MYSTERE - Recherché depuis maintenant une semaine, Salah Abdeslam a joué, a minima, un rôle de logisticien dans les attentats qui ont frappé la capitale. Exfiltré vers la Belgique dans la foulée, il n’est pas exclu que le frère du kamikaze du boulevard Voltaire ne soit pas allé au bout de son projet macabre.

Quel était le rôle de Salah Abdeslam dans les attentats du 13 novembre à Paris ? Le frère du kamikaze du Comptoir Voltaire est en fuite et fait l’objet d’un mandat d’arrêt international depuis près d’une semaine. Son rôle dans ces attaques meurtrières reste encore imprécis et il n’est pas exclu que le terroriste présumé ait fait machine arrière. Pourquoi ? Eléments de réponse.

 Le logisticien de l’opération ?
La seule certitude aujourd’hui sur le cas de Salah Abdeslam est que l’homme se trouvait bien à Paris le 13 novembre dernier et qu’il a joué au minimum un rôle de logisticien dans les attentats qui ont frappé la capitale. C’est en effet à son nom qu’ont été louées deux voitures ayant servi aux commandos : la Polo noire utilisée par les trois assaillants du Bataclan et la Clio retrouvée mardi dernier dans le 18e arrondissement de Paris. C’est aussi à son nom que deux chambres ont été louées du 11 au 17 novembre, dans une résidence hôtelière d’Alfortville , dans le Val-de-Marne.

► Le pilote du commando du Stade de France ?
Le soir des attentats, les enquêteurs pensent désormais que Salah Abdeslam pouvait se trouver au volant de la Clio noire abandonnée place Albert-Khan, et non, contrairement à ce qui avait été évoqué précédemment, au volant de la Seat du commando qui a ciblé les terrasses . Cette Clio noire pourrait avoir été utilisée pour déposer les trois kamikazes du Stade de France, à Saint-Denis. Plus tard, la voiture arrive en provenance de la porte de Clignancourt pour se garer sur cette place du 18e arrondissement. Il est 21h59, soit un peu moins de 40 minutes après l’explosion du premier kamikaze au Stade de France, à moins de 5 kilomètres de là.

► A-t-il fait machine arrière dans le 18e ?
Le 18e arrondissement justement. Le communiqué de revendication du groupe djihadiste Etat islamique évoquait une attaque dans ce quartier de Paris. Pourtant, le 18e a été épargné ce soir-là. L’auteur du communiqué a-t-il fait une erreur ? On l’ignore encore. Mais la découverte de la Clio noire ouvre la voie à une autre hypothèse : Salah Abdeslam aurait fait machine arrière avant de frapper. Les enquêteurs savent désormais que le terroriste présumé se trouvait dans ce quartier du nord de Paris vendredi soir. Son portable y a "borné". On sait aussi que l’homme a appelé deux complices alors en Belgique afin qu’ils viennent l’exfiltrer de la capitale française. Ils le récupèrent vers 5 heures du matin,  dans "un état de choc", selon les déclarations des deux hommes faites aux enquêteurs belges. Détail qui a son importance, Salah Abdesalm était selon eux vêtu d’un gros manteau, qui aurait pu servir à dissimuler une ceinture d’explosif.  

► La "conviction" de Mohamed Abdeslam

Salah Abdeslam a-t-il craqué ou a-t-il été trahi par son matériel ? Pour son frère Mohamed , il n'y a pas de doute. "C'est plus que mon espoir, c'est ma conviction. Salah est quelqu'un de très intelligent, je pense qu'en dernière minute, Salah a décidé de rebrousser chemin", a-t-il assuré lors d’une interview à la RTBF samedi. "Il a peut-être vu quelque chose, entendu quelque chose qui n'était pas ce à quoi il s'attendait et a décidé de ne pas aller au bout de ce qu'il souhaitait faire", a-t-il poursuivi. Encore une zone d’ombre sur laquelle l'enquête devra faire la lumière.

A LIRE AUSSI
>> DIRECT - Suivez l'évolution de la situation en temps réel >> Notre dossier complet sur les attentats de Paris
>> Attentats de Paris : ce que l'on sait de l'identité des terroristes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter