Attentats du 13 novembre : deux semaines après, les zones d'ombre qui subsistent dans l'enquête

Attentats du 13 novembre : deux semaines après, les zones d'ombre qui subsistent dans l'enquête

DirectLCI
QUESTIONS - Salah Abdeslam, Abelhamid Abaaoud…. L’enquête sur les attentats de Paris progresse rapidement mais de nombreuses zones d’ombres subsistent. Notamment sur le rôle de chacun des protagonistes présumés.

Plus d’une semaine après les attentats sanglants qui ont endeuillé Paris le 13 novembre, les enquêteurs continuent à "tirer les fils" de l’organisation mise en place par les terroristes. Si on commence à y voir plus clair sur les rôles de certains membres des trois commandos qui ont frappé la capitale au nom de l' Etat islamique (EI), de nombreuses questions restent aujourd’hui sans réponse. Metronews fait le point.

Quelle était la stratégie des kamikazes du Stade de France ?
Trois kamikazes, trois explosions. Bilan : un mort et cinq blessés. C’est une des énigmes auxquelles les enquêteurs sont aujourd’hui confrontés : comment expliquer que le bilan de cette série d’attentats suicides aux abords du Stade de France soit aussi "faible" ? Il est évident que le stade de Saint-Denis a été ciblé dans le but de faire un maximum de victimes au soir du match de gala France-Allemagne. Pourtant, les terroristes ont actionné leurs ceintures d’explosifs à l’extérieur du stade, en plein match, alors que les abords de l’enceinte sont peu fréquentés. Une source policière confie ainsi son désarroi à l’AFP : "C’est incompréhensible. Il est miraculeux qu'il y ait eu si peu de victimes. Concrètement, ce qu'ils ont fait, à part se suicider, ça n'a aucun sens".

Seule certitude : leur coordination avec les attaques de Paris, chaque kamikaze se faisant exploser à quelques minutes à peine de chaque fusillade. On sait désormais que le dernier de ces trois terroristes était en "relation soutenue" par téléphone ce soir-là avec le chef opérationnel présumé de ces attaques, Abdelhamid Abaaoud.

EN SAVOIR + >> Une témoin des explosions au Stade de France : "Je ne sais pas comment la vie va pouvoir continuer après ça"

Qui est le troisième homme des fusillades des 10 et 11e arrondissements ?
A chaque fois,  le même mode opératoire : des tireurs arrivés à bord d’une Seat noire ouvrent le feu au fusil d’assaut sur des terrasses du centre de Paris. Bilan : 39 morts. Selon les témoignages, ce commando était composé de trois hommes. Deux d’entre eux pourraient avoir été identifiés : Brahim Abdeslam - le kamikaze du Comptoir Voltaire - et Abdelhamid Abaaoud. Leurs deux ADN ont été retrouvés dans la voiture. Abaaoud a également été filmé vendredi soir dans le métro , à Montreuil, à deux pas de l’endroit où la fameuse Seat a été abandonnée. Lorsque les caméras de vidéosurveillance le capturent en train de frauder au portique RATP à la station Croix-de-Chavaux, ce dernier est suivi de près par un inconnu, avec qui il ressort ensuite à Nation. Cet homme pourrait être celui qui est mort dans l'explosion de sa ceinture d'explosifs lors de l'assaut sur l'appartement du 8, rue du Corbillon à Saint-Denis. L'ADN de ce dernier correspond à une trace relevée sur une kalachnikov abandonnée dans la Seat. En revanche, cet ADN ne figure dans aucun fichier en France.

EN SAVOIR + >> Armes, voitures, téléphones et logements : l'impressionnante logistique des terroristes

Salah Abdeslam a-t-il fait machine arrière ?
Son portable a "borné" dans le 18e arrondissement de Paris le soir des attentats. Une attaque dans cette zone du nord de Paris a justement été revendiquée dans un communiqué de Daech alors qu'elle a pourtant été épargnée. Erreur de l’auteur du texte ou mauvais timing ? On l’ignore. On sait en revanche que c’est là qu’une Clio noire, louée par Salah Abdeslam , a été retrouvée mardi dernier. Le véhicule arrivé en provenance de la Porte de Clignancourt a été garée place Albert-Khan, vendredi soir, à 21h59. Moins de 40 minutes plus tôt, le premier kamikaze du Stade de France se faisait exploser.

Salah Abdeslam était-il chargé de déposer les kamikazes au volant de cette voiture ? Cela reste à prouver. Devait-il attaquer une cible dans le quartier ? On ne sait pas. On sait en revanche qu'entre 23h17 et 5h27, son portable est encore repéré à plusieurs reprises dans le sud de Paris, dans un triangle resseré autour de la station de métro Chatillon-Montrouge. C'est dans cette même zone qu'un dispositif pouvant correspondre à une ceinture d'explosifs a été découvert 11 jours après les attaques. Appartenait-elle à Salah Abeslam ? Les analyses sont toujours en cours.

EN SAVOIR + >> Salah Abdeslam a-t-il craqué ?

Qui sont les quatre derniers djihadistes inconnus ?
 Les deux premiers ont actionné leur ceinture d’explosifs au Stade de France. On connait leur visage suite à la diffusion de deux appels à témoins par la police nationale. On sait aussi que ces hommes ont tous les deux été enregistrés sur un "hotspot" de migrants en Grèce, sur l’ile de Léros, le 3 octobre dernier. Munis de passeports syriens, ils ont ensuite emprunté la route des migrants jusqu’en Serbie où l’on perd leur trace. Cette route a pu être empruntée par un troisième homme, dont on ignore l’identité. Lui est mort dans l’explosion de sa ceinture d’explosifs lors de l’assaut du Raid à Saint-Denis. On sait très peu de choses sur ce terroriste présumé, hormis sa participation potentielle au "commando des terrasses". Reste enfin un quatrième djihadiste inconnu, l’un des kamikazes du Bataclan, que les enquêteurs tentent toujours d’identifier.

EN SAVOIR + >> Tout ce qu'il faut savoir sur l'identité des terroristes présumés

Où sont les "kalach" de Saint-Denis ?
C'est le genre de mystère dans lequel les complotistes en tout genre adorent s'engouffrer. Il existe aujoud'hui une différence de taille entre le récit de l'assaut par le Raid et les constations faites sur place. Les policiers du groupe d'intervention racontent que l'assaut a reçu une riposte d'une rare violence, à l'arme de guerre, de la part des terroristes retranchés dans l'appartement de Saint-Denis. Le procureur de Paris François Molins évoque des tirs très "nourris et presque ininterrompus" pendant près d'une heure. 5000 munitions sont tirées côté police. Pourtant, seuls un pistolet 9mm et son chargeur vide, des éclats de grenades et deux gilets explosifs ont été retrouvés dans les gravats de l'appartement. Alors où sont les "kalach" ? Au ministère de l'Intérieur, on indique qu'une benne de débris devait encore être analysée.

Qui est le "commanditaire" des attaques ?
On le croyait loin, occupé à piloter les opérations terroristes de Paris depuis la Syrie ou la Grèce. Abdelhamid Abaaoud, impliqué selon le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve sur "quatre des six attentats évités ou déjoués" sur le sol français depuis le printemps 2015, était en fait bien en France. Il pourrait même avoir participé aux fusillades visant les terrasses parisiennes. Ce djihadiste belge né en 1987 a rejoint les rangs du groupe Etat islamique en 2013. Il pourrait avoir été chargé récemment par "l’état-major" de l’EI de mettre en œuvre des attentats d’ampleur en Europe occidentale.

Cet ordre pourrait avoir été émis par celui que l'on présente comme le "ministre des attentats" de Daech, Abou Mohammed al-Adnani, rapporte Le Parisien . Syrien, vétéran djihadiste de l'insurection sunnite irakienne de l'après 2003, il dirigerait, selon le quotien anglais Sunday Times , un réseau de cellules pouvant frapper en Europe dans cinq pays : France, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Belgique. Sa tête est mise à prix Outre-manche, et il pourrait être visé par de prochaines frappes.

EN SAVOIR + >> Abdelhamid Abaaoud filmé dans le métro, ligne 9, le soir des attentats

L’influence d’un autre homme émerge cependant : celle du Français Fabien Clain (lire ICI son portrait). Présenté comme l’organisateur de la filière irakienne dite "d’Artigat", proche de Mohamed Merah, il écope de 5 ans ferme en 2009. L’homme, qui se trouverait désormais en Syrie, avait d éjà menacé le Bataclan . C’est lui qui a enregistré le communiqué de revendication au nom de l’Etat islamique. Connu pour sa capacité à d'embrigadement, Clain a-t-il joué le rôle de "cerveau" des attentats ? Encore une question sans réponse.

A LIRE AUSSI
>>
Le logeur des terroristes déjà condamné pour coups mortels
>> Abdelhamid Abaaoud est-il cerveau des attentats de Paris ?  >> Salah, Brahim et Mohamed, la fratrie au cœur de l'enquête
>>
Suivez en direct les derniers développement de l'enquête
>> Notre dossier complet sur les attentats de Paris

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter