Attentats du 13-Novembre : Jawad Bendaoud, le "logeur" de Saint-Denis, évite les assises et sera jugé en correctionnelle

Attentats du 13-Novembre : Jawad Bendaoud, le "logeur" de Saint-Denis, évite les assises et sera jugé en correctionnelle

JUSTICE - Le 6 septembre dernier, les six juges d'instruction chargés de l'enquête sur les attentats de Paris ont signé une ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel. Elle concerne Jawad Bendaoud et Mohamed Soumah, accusés d'avoir fourni un logement à St-Denis à Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh.

Comme on pouvait le penser depuis le mois de juillet, Jawad Bendaoud échappera aux assises, mais pas à la justice. Cette semaine, les six juges d'instruction saisis ont en effet ordonné son renvoi devant le tribunal correctionnel pour "recel de terroristes". Cette ordonnance de renvoi concerne aussi Mohamed Soumah. Tout deux sont accusés d'avoir fourni un logement  Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh après les attentats du  13 novembre 2015 à Paris et St-Denis. 

Les juges estiment que Jawad Bendaoud savait qu'il hébergeait des auteurs des attentats mais n'avait pas connaissance de leur projet d'attaques futures. Youssef Ait Boulahcen est pour sa part renvoyé devant le tribunal correctionnel du chef de "non-dénonciation de crime terroriste". 

Cette ordonnance est conforme aux réquisitions du parquet, indique une source judiciaire à LCI. Jawad Bendaoud, s'il est reconnu coupable, pourrait écoper d'une peine de six ans de prison puisqu'il se trouve en état de récidive.

Lire aussi

En vidéo

Le récit minute par minute de l’assaut de Saint-Denis

Interpellé dans la rue le 18 novembre 2015, au moment de l'assaut policier contre le logement de St-Denis, Jawad Bendaoud avait été mis en examen six jours plus tard, notamment pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle en vue de commettre une action violente". Il avait été incarcéré à l'isolement à la maison d'arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis). 

Depuis son arrestation, Jawad Bendaoud, délinquant multirécidiviste, ne cesse de clamer son innocence. "J'ai vu Abaaoud moins de dix minutes, vous croyez que je suis 'profiler' pour savoir ce qu'il a fait avant d'arriver chez moi ?", écrivait-il aux magistrats en mars 2016, expliquant avoir "consommé de la coke et du shit en quantité" ce jour-là. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 contaminations ces dernières 24 heures

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Lire et commenter