Attentats en France : plus de 88 000 policiers, gendarmes et militaires mobilisés pour la sécurité

FAITS DIVERS

FAITS DIVERS – A l'occasion d'un point presse ce jeudi à 18h30, le ministre de l'Intérieur est revenu sur les deux tragédies qui ont frappé la France mercredi 7 janvier dans les locaux de Charlie Hebdo à Paris et jeudi 8 janvier à Montrouge (Hauts-de-Seine). Bernard Cazeneuve a également fait quelques annonces, notamment sur les enquêtes en cours, sur le dispositif de sécurité mis en place.

Sur la fusillade à Charlie Hebdo
"En frappant les assassins de Charlie Hebdo, les assassins ont endeuillé toute la France. Nombre d'entre nous ont le sentiment d'avoir perdu de vieux amis dont les dessins, la liberté de ton jusqu'à l'impertinence parfois nous ont accompagné tout au long de nos vies. Mais ces assassins ont surtout voulu porter atteinte à des libertés fondamentales : la liberté de la presse, la liberté d'expression qui sont au cœur de notre démocratie".

Saïd et Chérif Kouachi, 34 et 32 ans les deux frères recherchés

- Saïd Kouachi et son frère Cherif Kouachi sont de nationalité française. Ils sont "connus des services spécialisés".

- "Chérif Kouachi, âgé de 32 ans, a été condamné le 14 mai 2008 du chef d’association de malfaiteurs terroriste, à la peine de 3 ans d’emprisonnement dont 18 mois avec sursis, pour son implication dans l’affaire dite de la filière irakienne du 19ème arrondissement. Il avait pris part aux agissement d’un groupe de jeunes parisiens dont certains étaient partis combattre aux côté d’Al-Qaeda en Irak, en 2004 et 2005. Il avait été décrit par ses complices au cours de l’instruction comme violemment antisémite.Il a également été mis en examen en 2010, avant de bénéficier d’un non-lieu, dans l’affaire de la tentative d’évasion de Smain Aït Ali Belkacem, membre des groupes islamistes armés (GIA), artificier de l’attentat du RER Saint-Michel à Paris en 1995, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.

- "Saïd Kouachi, domicilié à Reims, sans emploi,  n’a pour sa part jamais été poursuivi ni condamné, mais était apparu en périphérie des affaires judiciaires dans lesquelles son frère Chérif a été impliqué. Ces individus avaient fait l’objet de surveillance. Aucun élément incriminant susceptible d’entraîner l'ouverture d’une enquête judiciaire n’avait été relevé à l’époque à leur encontre".

- Neuf personnes sont actuellement en garde à vue dans le cadre de cette enquête.

90 témoins ont été entendus

- Plus de 90 témoins ont été ou sont encore entendus. "Plusieurs d’entre eux rapportaient les propos qui ont pu être proférés à plusieurs reprises par les auteurs.
Des opérations particulièrement lourdes de police technique et scientifique, tant sur les scènes de crime que dans les locaux perquisitionnées, ont été engagées". Les autopsies des victimes sont en cours.

- "Des investigations méticuleuses portant sur la téléphonie et l’internet sont toujours en cours. De même, des dizaines de documents vidéos, provenant tant de témoins des faits que des réseaux de surveillance de voie publique, sont actuellement exploitées".

- Le Plan Epervier a enfin été déclenché dans plusieurs départements.

Dispositif de sécurité
- "Les effectifs mobilisés pour assurer la sécurité des Français ont été renforcés, grâce notamment aux renforts du ministère de la défense et à la suspension du repos compensatoire pour les policiers, pour atteindre aujourd’hui 8 janvier le chiffre de 88 000 personnels mobilisés, dont 9650 en Ile-de-France".

- "D’ici demain soir, les armées affecteront 400 hommes supplémentaires au dispositif de protection des zones publiques. Le nombre de ces effectifs pourra encore être accru par la suite en cas de nécessité".

EN SAVOIR +
>> Le RAID et le GIGN déployé à près de Villers-Cotterêts
>> Charlie Hebdo : qui sont les 12 "héros", victimes de l'attentat
>> Attentat contre Charlie Hebdo : que sait-on des suspects ?
>> Mercredi noir pour la liberté d'expression
>> Hollande annonce un jour de deuil national

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter