Attention aux fausses infos qui circulent après les attentats de Paris

Attention aux fausses infos qui circulent après les attentats de Paris

DirectLCI
FACT-CHECKING – Comme souvent lors d'événements graves, de nombreuses rumeurs et fakes circulent sur Internet à la suite des attaques meurtrières qui ont touché Paris vendredi 13 novembre, liés à la confusion, à la panique ou à des esprits mal intentionnés. "Metronews" vous aide à faire le tri.

 Non, la tour Eiffel n'a pas été illuminée au couleurs du Mali
Sur Twitter, ce samedi, une image de la tour Eiffel éclairée aux couleurs du Mali, a circulé, relayée, notamment, par l'élu PS de la capitale, Jean-Luc Romero. Au lendemain de la sanglante prise d'otages qui s'est soldée par la mort de 27 personnes à l'hôtel Radisson de Bamako , l'hommage était beau, mais il est faux.

Depuis lundi dernier et jusqu'au 25 novembre, le célèbre monument s'éclaire aux couleurs du drapeau français, en mémoire aux 130 victimes emportées par les attentats du 13 novembre dernier dans la capitale. Quant à l'image de la tour Eiffel "malienne", malgré le symbole de solidarité qu'elle véhicule, elle n'est qu'un montage, comme le prouve le tweet ci-dessous d'un journaliste de France 24.


 Non, Bernard Cazeneuve n'a jamais dit que "prôner le djihad n'est pas un délit"
Invitée jeudi matin sur France inter, la présidente du FN Marine Le Pen a accusé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve d'avoir déclaré l'an dernier "que prôner le djihad n'est pas un délit". Relayant une rumeur très répandue sur la fachosphère, mais qui est fausse.

PLUS DE DETAILS ICI  >>  "Le djihad n'est pas un délit" : la grosse intox de Marine Le Pen sur Cazeneuve 

  Non, Laurent Wauquiez n'a pas proposé l'interdiction de la vente de ceintures d'explosifs
Mercredi matin, la rumeur est partie d'un tweet  :  "Laurent Wauquiez propose l'interdiction de la vente des ceintures d'explosifs en France (Europe 1)". Très vite, le message a été repris, donnant lieu sur Twitter à une vague de sarcasmes. Sauf que c'était une blague : la tête de liste Les Républicains aux régionales en Auvergne Rhône-Alpes n'était pas l'invité d'Europe 1 ce mercredi matin, et il n'a donc pas pu y faire cette proposition absurde. Constatant que sa blague avait été prise au premier degré, l'auteur du tweet a d'ailleurs fini par l'effacer. 

 Non, Charb n'avait pas "prédit" l'attentat contre le Bataclan
Une affiche du dessinateur de  Charlie Hebdo  assassiné en janvier a tourné mercredi sur les réseaux sociaux, présentée comme "visionnaire" à cause de son message : "Nous dansons au Bataclan !! Et je t’emmerde !" Sauf que l'original disait : "Je vote communiste et je t'emmerde !"

PLUS DE DETAILS ICI >> Non, Charb n’avait pas "prédit" l'attentat au Bataclan 

Si, Christiane Taubira a bien chanté la Marseillaise au Congrès
Lundi, la ministre de la Justice a été accusée par ses traditionnels "haters" sur Twitter de n'avoir pas joint sa voix aux parlementaires qui ont entonné ce jour-là l'hymne national au Congrès réuni à Versailles. Sauf que c'était faux, comme le prouvent les images de la séquence.

PLUS DE DETAILS ICI >> VIDEO - Si si, Taubira a bien chanté la Marseillaise au Congrès

Oui, les photos des bombes "From Paris, with love" sont authentiques
Depuis samedi, deux photos qui circulent sur les réseaux sociaux montrent des bombes américaines censément destinées à être larguées sur les positions de Daech et marquées de ce message : "From Paris, with love". Alors que leur authenticité pouvait être mise en cause, metronews s'est procuré les originaux qui ne trahissent aucune manipulation. Et les données des fichiers montrent que ces clichés ont bien été pris le 14 novembre. En revanche, rien ne prouve que ces bombes étaient réellement destinées à être larguées sur des positions de Daech en Syrie, où les armées française et américaine mènent des frappes. Et encore moins, donc, qu'elles aient réellement été larguées.

PLUS DE DETAILS ICI >> Les photos des bombes "From Paris with love" sont authentiques

Non, il n'y a pas eu de scènes de joie à Gaza (ni en banlieue)
Des esprits mal intentionnés ont diffusé au cours du week-end une photo de scène de liesse à Gaza, censée avoir eu lieu après l'annonce des attentats de Paris. Comme pour la plupart des fausses images diffusées sur les réseaux sociaux, une simple recherche sur Google image permet de se rendre compte, via les archives Internet, que la photo qui sert cette propagande a été prise bien avant le 13 novembre, en l'occurrence... le 21 novembre 2012. Le photographe de Reuters Ahmed Jadallah avait alors effectivement immortalisé des scènes de joie dans la bande de Gaza, mais à l'occasion de l'annonce d'un cessez-le-feu après huit jours d'affrontements.

De la même manière, rien n'accrédite les rumeurs de "cris de joie dans le 93" (Seine-Saint-Denis). Comme l'a montré Marianne , qui a contacté plusieurs de leurs auteurs, les tweets rapportant de telles scènes dans les banlieues franciliennes sont fondés sur des "on dit" et ne sont étayés par aucune preuve vidéo ou photo, ni aucun témoignage solide.

Non, des islamistes n'ont pas réagi en brandissant leur drapeau dans le métro
Ces images avaient déjà fait le buzz après les attentats contre Charlie Hebdo, en janvier dernier. Une simple vidéo, postée en mode public sur Facebook, prétendait montrer des provocations islamistes dans le métro parisien, que les médias ignoreraient sciemment. Postée les 11 et 12 janvier sur deux profils différents, elle affiche aujourd'hui un total de presque 20 millions de vues, et circule de nouveau sur les réseaux sociaux depuis les attentats qui ont ensanglanté Paris le vendredi 13 novembre. "J'ai vu une vidéo où une meuf dit 'ce drapeau sera à l'Élysee'. Franchement j'aime pas ce genre de réaction. Attention à l'amalgame", commente un twitto. Sans que ceux qui s'excitent en la diffusant ne précisent que la vidéo date... de 2010.

PLUS DE DETAILS ICI >> Facebook : la vidéo d'islamistes dans le métro à Paris est un hoax

A LIRE AUSSI >> Faux mail "On est tous Paris" : arrêtez de faire tourner cette info, c'est bidon !

Non, il n'y a pas eu de coups de feu à Bagnolet samedi matin
En tout début d'après-midi, samedi 14 novembre, la rumeur de coups de feu tirés vers la porte de Bagnolet, dans l'Est de Paris, a commencé à circuler sur Twitter. Renforcée par la présence d'un hélicoptère de la sécurité civile survolant la zone. Après vérification, la police a découvert qu'il s'agissait d'explosions de pétards dans le cadre d'un mariage. A fortiori, ça n'a donc pas "rafalé" à Bagnolet, comme a pu l'affirmer un twitto en utilisant des photos sanglantes prises... au Brésil, à la suite d'un cambriolage de banque qui a mal tourné en octobre ( la preuve ici , attention les images peuvent choquer).

En janvier déjà, dans les jours suivant l'attentat contre Charlie Hebdo, des rumeurs de ce genre s'étaient également multipliées dans différents quartiers de la capitale, la moindre détonation créant une inquiétude compréhensible parmi les habitants.

De la même manière, l'information (relayée par plusieurs médias dont metronews) faisant état, samedi, d'un véhicule ayant forcé un barrage policier dans les Yvelines, s'est révélée fausse . Alertée par des appels, la police a mené l'enquête et n'a pas trouvé trace de ce véhicule.

Non, les attaques n'avaient pas été annoncées sur Jeuxvideo.com
La rumeur est partie de la capture d'écran d'un commentaire supposément écrit sur le site jeuxvideo.com, daté du 5 novembre à 21h26, sous le pseudo cobra-sa-76 : "D'ici qqch jours il y aura des attentats un peu partout dans Paris. Dans des endroits différents. Protégez vous (…)". En fait, le commentaire original posté par ce pseudo ce jour-là à cette heure exacte dit ceci : "Bonjour je note sur ce site de plus en plus de topics ou les forumeurs se plaignent (à juste titre) de la page de pub qui s'incruste en full screen sur nos écrans, c'est juste insupportable ! Il serait bien que les administrateurs se renseignent sur les effets néfastes du 'forcing' en matière de pub, c'est ringard, inutile, et ça irrite tout le monde.... merci pour nous les gars". Rien à voir, donc. Quant à un autre post faisant état d'une "série d'attentats" à compter du "13 novembre", il date non de cette année mais du 26 septembre 2014 . Le site Internet a néanmoins indiqué sur Twitter l'avoir signalé aux autorités.

Non, il n'y a pas eu de fusillade aux Halles vendredi soir
Dans la confusion de la soirée du vendredi 13 novembre, alors que des fusillades avaient déjà éclaté autour de la place de la République à Paris, la rumeur de tirs dans le quartier des Halles a émergé. De même qu'au Trocadéro ou à Belleville. En fait, outre les explosions qui ont touché les abords du Stade de France à Saint-Denis, 5 lieux ont été touchés dans Paris intra muros, rive droite, dans les 10e et 11e arrondissements : deux restaurants proches du canal Saint-Martin autour de 21h30 (rues Alibert et Fontaine au roi), puis la salle de concert du Bataclan peu avant 22 heures, ainsi que rue de Charonne et la terrasse d'une brasserie boulevard Voltaire, non loin de la place de la Nation.

Non, quatre policiers n'ont pas été tués durant l'assaut au Bataclan
"Quatre policiers tués lors de l'assaut au Bataclan" : dans la confusion de la nuit, l'information a circulé jusque dans certains médias. Elle était erronée. Selon le syndicat majoritaire chez les commissaires de police, le SCPN, un commissaire de l'Eure, qui assistait au concert au moment de l'attentat contre le Bataclan, a bien été gravement blessé par les tirs des assaillants. Un gardien de la paix parisien hors service, qui se trouvait à la terrasse d'un café ciblé par l'attaque de la rue de Charonne, a par ailleurs été tué.

Non, l'incendie la "Jungle de Calais" n'avait rien à voir avec les attentats
Peu après minuit vendredi, un incendie s'est déclenché dans l'immense camp sauvage de migrants de Calais, surnommé la "Jungle". Quelque 2500 m2 de tentes et de cabanons ont brûlé sans faire de victime. Coïncidence ? Certains twittos n'y ont pas cru, reliant aussitôt l'événement aux attaques de Paris. Ce que le sous-préfet de permanence, Régis Elbez, a dû démentir dans la nuit à l'AFP : "L'incendie n'est pas lié aux événements de Paris car c'est un feu d'origine électrique".

Non, François Hollande n'a pas pris les pleins pouvoirs
Samedi matin, à l'issue du Conseil de défense qu'il avait réuni, François Hollande a annoncé : "Je m'adresserai au Parlement réuni en congrès à Versailles lundi pour rassembler la Nation dans cette épreuve". Une annonce que d'aucuns ont reliée, voire confondue, avec une autre mesure d’exception prise dès vendredi soir par l'exécutif : l'instauration de l'état d'urgence sur tout le territoire. Faisant naître une rumeur : le chef de l'Etat s'est attribué les pleins pouvoirs. C'est faux : l'article 16 de la Constitution permettant au président de la République de s'arroger des "pouvoirs exceptionnels" n'a pas été utilisé. Et même s'il a l'intention de le faire, le chef de l'Etat n'a nullement besoin de réunir un Congrès pour cela.

PLUS DE DETAILS ICI >> Non, François Hollande n'a pas (encore) pris les pleins pouvoirs

Non, il n'y a pas eu de rassemblement spontané en Allemagne vendredi soir
L'image qui circulait dès vendredi soir sur Twitter, montrant "des milliers" d'Allemands se rassemblant spontanément dans la rue en hommage aux victimes des attentats de Paris, était un fake. Comme l'a très vite signalé un journaliste de Libé Désintox, il s'agissait de la photo d'une manifestation du mouvement Pegida en décembre dernier. La preuve : elle illustrait déjà un article sur le sujet le 18 décembre 2014 .

Non, l'Empire State Building n'était pas bleu blanc rouge vendredi soir
De même, l'image qui circulait du haut de l'Empire State Building à New York, illuminé en bleu blanc rouge en signe d'hommage, était fausse, comme en ont témoigné plusieurs journalistes français sur place. En revanche, la Freedom Tower, construite en lieu et place du World Trade Center, a éclairé son antenne aux couleurs de la France, de même que l'Opéra de Sidney, plus tard.

Non, la Tour Eiffel n'a pas été éteinte dans la nuit à cause des attentats
Dans la nuit de vendredi à samedi, des internautes ont relayé l'image d'une Tour Eiffel tous feux éteints, qu'ils ont interprétée comme un signe de deuil. En fait, la Tour s'éteint totalement tous les soirs, après avoir scintillé une dernière fois à 1 heure du matin.

► Pour éviter que de telles rumeurs et intox se propagent et créent la panique dans la population, la préfecture de police en appelle à la responsabilité des internautes. Et metronews vous incite à ne relayer que les informations vérifiées par des professionnels. En cas de doute sur une info, n'hésitez pas à nous la signaler dans les commentaires : nous la vérifierons.

EN SAVOIR +
>> Le direct des événements
>> Notre dossier complet sur les attentats du vendredi 13 novembre

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter