Aulnay-sous-Bois : le rappeur Fianso récidive et tourne un clip non-autorisé à la Rose-des-Vents

FAITS DIVERS

FAIT DIVERS - Quatre jours après avoir été placé sous contrôle judiciaire et avoir été convoqué devant le justice le 13 juin prochain pour avoir tourné un clip non-autorisé sur l'autoroute A3 le 6 avril dernier, le rappeur Fianso a récidivé lundi en tournant de nouvelles images à la Rose-des-Vents à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Trois semaines après le tournage de "Toka", morceau de son dernier album "Bandit saleté" qui doit sortir le 12 mai, Fianso a remis le couvert. Le rappeur francilien avait déjà fait parler de lui il y a quelques jours, le 6 avril précisément, en réalisant un clip sauvage sur l'autoroute A3 à hauteur d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) . 

Fianso, de son vrai nom Sofiane Zermani, et quatre autres personnes avaient été placés en garde à vue jeudi pour ces faits dans les locaux de la CRS autoroutière Nord-Ile-de-France, à Deuil-la-Barre (Val d'Oise).  Vendredi, ils avaient été présentés à un magistrat du parquet qui les a convoqués le 13 juin à 13 heures, pour être jugés devant la 11e chambre du tribunal correctionnel de Bobigny. 

Placé sous contrôle judiciaire comme ses quatre autres comparses, avec, pour lui,  obligation de se présenter régulièrement aux services de police et interdiction de conduire "tout véhicule terrestre à moteur", Fianso n'a pas eu froid aux yeux a récidivé lundi dans la même ville de Seine-Saint-Denis. 

Voir aussi

Une centaine de personnes sur place

Selon Le Parisien, Fianso "a de nouveau été coupé dans son élan lors du tournage d’un clip lundi après-midi rue Edgar-Degas, dans le quartier de la Rose-des-Vents à Aulnay-sous-Bois. Le chanteur qui réside dans la commune, ne bénéficiait d’aucune autorisation de tournage. Il avait mobilisé une centaine de personnes qui entravaient la circulation". 

Voir aussi

Alertés par cet attroupement, les policiers ont mis fin aux tournages. Nos confrères précisent que les fonctionnaires ont éété accueillis par des jets de projectiles. "Un participant a été interpellé et remis en liberté", ajoute le quotidien. 

Fianso, lui, est attendu au palais de justice de Bobigny mi-juin. 

Lire et commenter