Attentat déjoué : Sara, 16 ans, espérait se faire "une bonne réputation auprès de Daech" grâce à l'attaque

FAITS DIVERS

Toute L'info sur

Projet d'attentat déjoué dans l'Hérault

GARDE A VUE - La garde à vue des 3 principaux suspects d'une tentative d'attentat, arrêtés vendredi à Montpellier, se poursuit ce dimanche. La jeune fille de 16 ans a expliqué aux enquêteurs que cette attaque devait lui permettre d'arriver ensuite en Syrie avec une bonne réputation auprès de Daech.

Ils sont toujours en garde à vue. Et ils commencent à parler aux enquêteurs. Trois des quatre suspects, dont une  adolescente de 16 ans, arrêtés dans l'Hérault pour un projet présumé d'attentat  "imminent" en France, étaient toujours entendus ce dimanche par les services anti-terroristes à Levallois-Perret.  Comme c'est le cas en matière d'enquête terroriste, leur garde à vue peut durer 96 heures, soit jusqu'à mardi matin. 

La jeune Sara voulait fuir en Syrie après l'attentat

Parmi les 3 gardés à vue figure Sara, jeune fille de 16 ans décrite par sa mère comme "manipulée". L'adolescente a expliqué aux enquêteurs qu'elle voulait rejoindre la Syrie une fois l'attentat commis. Elle ne devait pas se faire exploser. L'attentat devait lui permettre - indique-t-elle - de s'offrir une "bonne réputation" avant son arrivée auprès des troupes de Daech. Selon les informations que nous révélions dès vendredi, l'adolescente de 16 ans, Sara Z., avait enregistré une vidéo d’allégeance à Daech mercredi dernier. Elle avait également prévu de se marier avec l'un des suspects, Thomas S., âgé de 20 ans. Ce dernier était connu des services de renseignements, tout comme le suspect âgé de 33 ans. 

Une opération suicide avec des gilets explosifs

L'enquête, ouverte depuis le 2 février, s'était accélérée jeudi lorsque deux des suspects ont acheté de l'acétone et de l'eau oxygénée, des composants du TATP, un explosif artisanal puissant mais très instable. Lors des perquisitions, les enquêteurs ont découvert du TATP, ainsi que tout le nécessaire pour confectionner des engins explosifs : acétone, eau oxygénée, seringues et gants de protection, a précisé une source judiciaire. "Plusieurs dizaines de grammes de TATP, à divers stade de fabrication", ont été retrouvés, a précisé la source policière.

Le mode opératoire de la tentative d'attentat est désormais plus établi : le projet était de commettre une opération suicide à l'aide de gilets explosifs.

Ils voulaient viser le plus de touristes possible

Quelle était la cible visée par les 3 gardés à vue ? Les versions avancés par les trois personnes arrêtées ne permettent pas encore aux enquêteurs d'être formels. Paris semble être la destination la plus probable. Mais peut être également Montpellier . Quelle que soit la cible, les intéressés semblaient chercher à frapper "le plus de touristes possibles."

Qui devait se faire exploser ?

Les enquêteurs n'ont pas non plus établi avec certitude qui devait se faire exploser. Thomas S, le petit ami de Sara - ou Malik H. ? Le premier est déjà connu pour un départ raté en Syrie fin 2015. C'est lui qui a acheté avec Sara, dans 2 boutiques de Montpellier, de l'acétone et une bouteille d'eau oxygénée.  Malik H., lui, est fiché S. Il pourrait être le cerveau du groupe. 

Voir aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter