Aveyron : le directeur de colonie de vacances mis en examen pour "viol et agressions sexuelles sur mineurs" demande sa remise en liberté

Aveyron : le directeur de colonie de vacances mis en examen pour "viol et agressions sexuelles sur mineurs" demande sa remise en liberté

FAIT DIVERS – Le directeur d'une colonie de vacances dans l'Aveyron, mis en examen et écroué pour "viol et agressions sexuelles sur mineurs" le 29 août dernier, a demandé sa remise en liberté. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Montpellier (Hérault) l’a examinée mardi 5 septembre. La décision sera rendue le 14 septembre prochain.

Elles sont sept à l’accuser. Six indiquent avoir été agressées sexuellement. Une autre déclare avoir été violée. Les faits, selon les victimes, auraient été commis en août dernier au domaine de Gaillac, à Sauclières (Aveyron), à l’occasion d’un séjour équestre pour adolescents. 

Pour la cinquième année, l’homme pointé du doigt animait des séjours de 7 à 15 jours dans ce centre. Les participants étaient âgés de 13 à 17 ans. Fin août, au retour de l'un de ces séjours, cet homme âgé de 40 ans a été interpellé par les gendarmes. Avant d’être mis en examen puis écroué à l’issue de sa garde à vue, le 29 août dernier, pour "viol et agressions sexuelles sur mineurs". 

Une semaine plus tard, le quadragénaire a demandé sa remise en liberté devant la chambre de l'instruction de la cour d’appel de Montpellier. Depuis le début de cette affaire, le suspect clame en effet son innocence.

Lire aussi

Décision attendue dans une semaine

Et cet ancien militaire, installé près de Castres avec sa femme et ses deux enfants, à continué mardi à contester les faits qui lui sont reprochés. "Je vis un cauchemar. Tout ce qui a été dit sur cette affaire est faux. Il s’agit d’une manipulation", a-t-il dit. 

L'avocat général a demandé le maintien en détention du mis en cause. Les gendarmes de Millau, chargés des investigations, poursuivent leurs auditions d’adolescents mais aussi d’adultes qui auraient travaillé avec le suspect. 

 La décision de la cour d’appel sera elle rendue le 14 septembre.

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.