Balcon effondré à Angers : le maire annonce des expertises sur d'éventuelles malfaçons

DirectLCI
COMPRENDRE - Le maire d'Angers a annoncé des expertises immédiates pour déceler d'éventuelles malfaçons dans la construction de l'immeuble dont le balcon s'est effondré samedi soir, provoquant la mort de quatre jeunes.

Déterminé à faire toute la lumière sur ce terrible drame. C'est en substance le message adressé par Christophe Béchu (Les Républicains), quelques heures après l'effondrement d'un balcon samedi soir à Angers, ayant coûté la vie à quatre jeunes gens. Le maire de la ville a ainsi annoncé des expertises immédiates pour déceler d'éventuelles malfaçons" dans la construction de l'immeuble dont le balcon s'est effondré samedi soir. "Quatre morts et plus de dix blessés, c'est considérable. Le sujet est de comprendre et d'expliquer le drame et de s'assurer qu'un tel drame ne peut se reproduire dans une ville où il y a de nombreuses fêtes étudiantes", a-t-il dit sur place dans des propos relayés par l'AFP.


Selon les premiers éléments de l'enquête, quinze personnes, principalement des étudiants, se trouvaient sur le balcon situé au troisième étage de l'immeuble à l'occasion d'une pendaison de crémaillère quand la construction a cédé de façon nette samedi, peu avant minuit. Elle a emporté dans sa chute les autres balcons du deuxième et du premier étage, dans la cour intérieure. L'immeuble est récent selon la même source. Sa construction date de 2000. "Quand on est allé sur place, quand on a vu la scène, on ne peut que se poser des questions sur la manière dont un tel drame a pu arriver", a répondu le maire à une question sur d'éventuelles malfaçons dans la construction de cet immeuble récent du centre-ville.

VIDEO. Effondrement mortel d'un balcon à Angers : des traces d'humidité interpellent 

En vidéo

Effondrement mortel d'un balcon à Angers : des traces d'humidité interpellent

Lire aussi

Des habitants invités à quitter leurs appartements le temps des expertises

D'après les constatations du maire sur les lieux de la tragédie, rien ne laissait présager qu'un tel drame puisse se jouer. "La taille du balcon ne donnait pas le sentiment extérieurement qu'il ne pouvait pas accueillir quinze personnes dans des conditions normales d'utilisation", a-t-il ainsi observer avant de s'intérroger : "S'il n'y a pas eu de malfaçons, comment comprendre qu'un tel drame ait pu se produire ?" Dans l'attente des resultats de l'expertise, Christophe Béchu a annoncé avoir pris des "arrêtés de mise en péril" pour les trois appartements (dont les balcons se sont effondrés, au premier, au deuxième et au troisième étage) "dans lesquels il ne faut pas revenir".


Concernant les six autres appartements qui disposent d'un balcon dans le même immeuble, il a étendu ces arrêtés de mise en péril, et leurs habitants ne peuvent donc plus y revenir provisoirement. Le tout, dans le but de savoir, "si c'est le bâtiment qui a travaillé et si un tel évènement peut se reproduire". Conséquence : "Les habitants ne peuvent revenir tant que les résultats des expertises ne permettront pas de lever l'incertitude", a justifié le maire, souhaitant visiblement garantir la sécurité de tous les habitant de l'immeuble sinistré.

JT WE - Angers : une faiblesse dans la structure ou une infiltration à l’origine du drame ?

En vidéo

JT WE - Angers : une faiblesse dans la structure ou une infiltration à l’origine du drame ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter