Bébé retrouvé mort : pour sa tante, "Loan était en danger" avec ses parents

FAITS DIVERS
DirectLCI
FAITS-DIVERS – La famille de Christelle, la mère de l'enfant de quatre mois retrouvé mort dans un étang en Creuse dimanche, laisse éclater sa colère. Les parents de l'enfant ont avoué avoir porté avoir enterré le petit Loan tous les deux.

Elle avait très vite mis en doute la version de l'enlèvement qu'avaient raconté les parents. La grand-mère du petit Loan, le bébé de quatre mois porté disparu mercredi, a laissé éclater sa colère quand elle a appris, dimanche, que l'enfant avait été retrouvé mort dans un étang. Après avoir prétendus que leur enfant de quatre mois avait été enlevé , le père Cédric, 31 ans, et la mère, Christelle, 24 ans, ont finalement avoué dimanche que le petit Loan avait été victime de violences et ont reconnu l'avoir enterré tous les deux. Le corps a été enterré dans un sac plastique à Saint-Sulpice-des-Champs, dans la Creuse. "C'est un bébé qui devait être extrêmement solliciteur" en raison de ses problèmes de santé, à savoir une malformation cardiaque qui avait nécessité une opération en juillet, a indiqué le Procureur, évoquant une possible "exaspération" de la part des parents.

Pour Laurence Bouchet-Dionnet, la grand-mère maternelle de l’enfant, c’est "un grand malheur". "Un petit nourrisson, dans un étang, je ne suis pas d’accord… ", lâche-t-elle, en larmes, au micro de  RTL . "Je suis en colère, je ne veux plus les voir. Pour moi, pour eux, c’est fini". La grand-mère, qui avait déjà des soupçons, "ne s'attendait pas à retrouver le petit vivant". Mais elle ne comprend pas le geste de sa fille et son beau-fils. "S’ils ne pouvaient pas s’en occuper, ils n’avaient qu’à le laisser à la DASS", estime-t-elle.

EN SAVOIR + >>  Des parents au parcours chaotique

La mère de Loan "n'avait pas la tête sur les épaules"

Laurence Bouchet-Dionnet annonce qu’elle va se porter partie civile dans l’affaire, tout comme son compagnon Claude. Ce dernier a également témoigné pour la radio. "Il faut qu'ils soient punis tous les deux, déclare-t-il. Elle (la mère de l'enfant, ndlr) peut dire adieu à sa mère et son beau-père. On ne l'acceptera plus". En colère, Claude va plus loin. "Je suis capable de lui faire du mal. Il vaut mieux qu'elle reste en prison plutôt que de faire des conneries. Il faut qu'elle paie".

Une colère également partagée par la tante de Christelle, Valérie Bouchet, 39 ans. Cette dernière avait vite détecté que sa nièce "n'était pas patiente avec les enfants et avait un caractère difficile". "Elle n’avait pas la tête sur les épaules pour faire face, confie-t-elle au Parisien . Et son compagnon, on sait tous qu'il la martyrisait et qu'il la séquestrait. Ce bébé n'avait pas sa place chez eux. Il était en danger. Il aurait fallu que les services sociaux le leur enlèvent".

Lire et commenter