Berck : un hôpital visé par 17 départs de feu après des lettres de menace

FAITS DIVERS
DirectLCI
CORBEAU - Dans la matinée de vendredi, l'Institut Calot a été touché par plusieurs incendies criminels, forçant l'évacuation d'une centaine de personnes. Samedi soir, une personne était toujours en garde à vue.

Vendredi, une dizaine de départs de feu ont été constatés autour et dans de plusieurs bâtiments de l’Institut Calot à Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais). Par chance, ils n’ont fait aucune victime. Selon les premiers éléments, ces incendies pourraient être l’œuvre d’un corbeau. Depuis plusieurs mois, le personnel du centre hospitalier reçoit des messages de menaces en provenance d’un téléphone prépayé, selon nos confrères de La Voix du Nord. Jeudi, le corbeau avait réitéré ses menaces.

Garde à vue prolongée

Dès les premiers départs de feu, plusieurs zones de l'hôpital ont été évacuées, "dont un bloc opératoire, des chambres et des locaux administratifs", a indiqué la préfecture. Au total, 17 bâtiments et 119 personnes, des patients, des visiteurs et des membres du personnel soignant, ont été évacués. Trois patients, au bloc opératoire au moment des faits, ont dû être conduits vers un autre centre hospitalier non loin de là.


Selon les premières constatations des enquêteurs, les incendies sont dus à des "mises à feu artisanales sur des couches, des matelas, des papiers" qui ont été "circonscrites rapidement à chaque fois par les équipes de sécurité en lien avec les pompiers", a indiqué la préfecture du Pas-de-Calais. Aucune chambre n’a été touchée car 'les matelas ont anti-feu donc ne prennent pas feu, mais dégagent beaucoup de fumée", a précisé la préfecture.

"Sans incertitude, il s'agit d'incendies criminels", a indiqué le parquet de Boulogne-sur-Mer, jugeant les dégâts "importants". "Nous faisons le lien avec de précédents départs d'incendies du mois de janvier" et "avec une série de courriers menaçants" qui avaient été envoyés par un "corbeau" à l'hôpital, affirme une source judiciaire à l’AFP, précisant qu'une enquête avait été ouverte. Le 28 janvier dernier, un incendie probablement causé par ce même corbeau avait eu lieu dans un local poubelle de l’Institut Calot.


En fin d'après-midi vendredi, deux hommes ont été placés en garde à vue, selon le parquet de Boulogne-sur-Mer, confirmant une information de nos confrères de La Voix du Nord.   L'une des deux gardes a été levée "samedi après-midi en l'absence de charge", la seconde, celle d'un agent de sécurité incendie de 28 ans a été prolongée de 24 heures, a indiqué à l'AFP le procureur adjoint de Boulogne-sur-Mer Philippe Sabatier. "On dispose de davantage d'indices, avec des constatations matérielles ou des témoignages recueillis à son encontre", a déclaré M. Sabatier, précisant que le mis en cause avait été arrêté sur les lieux. "Il aura vocation à être présenté dimanche après-midi à un juge d'instruction dans le cadre d'une information judiciaire que je requerrai", a-t-il dit. Le suspect, qui conteste les faits, devrait être mis en examen dimanche pour "destruction volontaire par incendie". Il encourt dix années d'emprisonnement.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter