Blocage de l'A1 par des gens du voyage : des peines de 4 à 18 mois de prison ferme prononcées

Blocage de l'A1 par des gens du voyage : des peines de 4 à 18 mois de prison ferme prononcées

FAITS DIVERS
DirectLCI
JUSTICE - Le tribunal d'Amiens a condamné des membres de la communauté du voyage à des peines allant de quatre à dix-mois de prison ferme. Ils étaient poursuivis pour avoir bloqué l'autoroute A1 entre Lille et Paris l'été dernier.

Dix membres de la communauté du voyage ont été condamnés à des peines allant de quatre à dix-huit mois de prison ferme vendredi 2 février par le tribunal correctionnel d'Amiens. Deux autres ont été relaxés. Ils étaient jugés depuis la veille pour avoir bloqué l'autoroute A1 en août dernier à hauteur du péage de Roye. Ils entendaient protester contre une décision de justice et avaient pris d'assaut cette portion de l'autoroute immobilisant les automobilistes rentrant de vacances sur une des routes les plus empruntées d'Europe.

EN SAVOIR +

>> Le procès des gens du voyage s'ouvre à Amiens
>> "Vous trouvez que c'est normal que tout flambe sur l'autoroute?"

Plus tôt dans la matinée, la procureure de la République avait requis trois ans de prison ferme avec mandat de dépôt pour trois des douze membres de la communauté. Trois ans dont deux ferme avaient été requis pour deux d'entre eux, un an ferme pour un autre et un an dont six mois ferme pour quatre. Elle avait réclamé par ailleurs 5000 euros d'amende pour chacun des prévenus et requis la relaxe pour deux d'entre eux. 

Barres de fer et incendies

Tout avait commencé le 25 août. Un forcené avait ouvert le feu chez des gens du voyage sédentarisés à Roye. Deux adultes, un bébé et un gendarme avaient été tués. La contestation s'était embrasée lorsqu’un juge d'application des peines avait refusé d’autoriser une sortie sous escorte d’un membre de la famille, alors en prison, pour se rendre aux obsèques. Une soixantaine de personnes avaient alors convergé vers le péage de Roye. Certains, munis de barres de fer, avaient déployé sur la chaussée des poubelles, incendié des pneus, et alimenté le feu avec les arbres du bas-côté.

Les gendarmes, appelés par les habitants en raison de vols dans des garages du secteur, n'avaient pu que constater les dégâts. Le préjudice global avait été estimé à près de 500.000 euros.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter