Blois : le couple payait ses emplettes avec des chèques bidons

FAITS DIVERS

INFO LCI – Une femme et un homme ont été interpellés à Blois après avoir arnaqué des commerçants. Ils ont reconnu en garde à vue un préjudice total pouvant s'élever jusqu'à 50.000 euros.

Razzia dans les boutiques de Blois avec des chèques… photocopiés ! Une femme et un homme ont été présentés à la justice ce mardi, soupçonnés d’avoir arnaqué samedi dernier au moins neuf commerçants du centre-ville de la préfecture du Loir-et-Cher, au cours de la braderie de la commune.

Selon nos informations, ce couple a acheté pour plus de 2500 euros d’articles (vêtements, sacs à main, parfums, chapeaux, ceintures…) dans plusieurs boutiques grâce à des chèques contrefaits. "Ils me sont apparus très sympathiques. Bien habillés et plutôt chics. Et particulièrement affables. Ils connaissaient bien les marques huppées", raconte à LCI une commerçante historique de la ville, victime des escrocs.

"J’étais en confiance"

Au moment de payer, la femme sortait de sa poche un chèque plié, sans le talon du carnet, ce qui aurait dû alerter les commerçants. "Elle avait l’air très correcte. J’étais en confiance", poursuit l’une d’entre elles. Les commerçants découvrent le pot-aux-roses dans la soirée, autour d’un verre après une journée de travail. "On a parlé de ce couple en se rendant compte qu’il avait aussi acheté chez les collègues. Petit à petit, on s’est mis la puce à l’oreille. Et on a comparé le numéro de chèque : c’était le même", souligne cette victime.

Après avoir signalé le couple aux policiers, cette commerçante entame une marche dans la ville à la recherche des deux escrocs. Et les retrouve attablés tranquillement à une terrasse d’un restaurant en plein centre-ville, visiblement peu inquiets d’être recherchés.

Photocopies

Selon nos informations, le couple avait dans un premier temps ouvert frauduleusement un compte bancaire avec une identité usurpée. "Ils avaient ainsi obtenu un chéquier puis étaient arrivés à la fin du carnet, avant de photocopier le dernier  chèque pour poursuivre leurs achats", précise à LCI une source policière.

Une information judiciaire devrait être ouverte. En effet, plusieurs mêmes types de faits ont été signalés ailleurs en France, notamment dans le grand ouest. En garde à vue, le couple a reconnu un préjudice total entre 20.000 et 50.000 euros, selon ce mode opératoire. L’enquête va donc se poursuivre sous la houlette d’un juge blésois.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter