Bordeaux : le braqueur du Burger King pourrait être aussi l'auteur du meurtre de Clamart

FAITS DIVERS

FAIT-DIVERS - Le suspect interpellé par la police après le braquage d'un Burger King à Bordeaux est également soupçonné d'être l'auteur de la décapitation d'un homme, jeudi 22 décembre, dans les Hauts-de-Seine. Le possible lien entre les deux affaires a été établi grâce à la voiture utilisée par le braqueur présumé.

Un homme, deux crimes ? En mettant la main sur l'individu suspecté du braquage d'un Burger King, survenu ce dimanche 25 décembre dans le centre-ville de Bordeaux, les policiers bordelais pourraient avoir fait avancer l'enquête sur le meurtre par décapitation d'un homme de 57 ans, qui a eu lieu jeudi 22 décembre à Clamart (Hauts-de-Seine). En effet, confirmant une information du Parisien, le parquet de Bordeaux a révélé que des investigations étaient en cour sur un possible lien entre ces deux affaires après que la police judicaire ait mis au jour plusieurs éléments concordants.

Lire aussi

D'abord, l'homme tué à Clamart était depuis quelques années le curateur d'un jeune homme de 19 ans. Introuvable après le meurtre, ce dernier était activement recherché, ainsi qu'une berline française avec laquelle il était soupçonné d'avoir pris la fuite. Les enquêteurs avaient identifié une première piste samedi 24 décembre, en Charente-Maritime, après un accrochage entre deux véhicules, dont l'un avait pris la fuite. 

Le véhicule du braqueur possible lien

"La voiture, bien que faussement immatriculée, ainsi que la description donnée du fuyard, correspondaient avec la personne recherchée", a expliqué une source proche du dossier. Or, cette voiture s'est révélée être la même que celle conduite par le braqueur du fast-food bordelais, qui était armé d'un sabre et d'une arme de poing. "Pour l'instant, nous ne savons pas si le sabre du fast-food est l'arme qui a permis la décapitation dans les Hauts-de-seine, mais a priori, non", a précisé cette même source. Les premières investigations avaient conclu à l'utilisation d'une scie par le meurtrier.

Des "analyses biologiques sont en cours" pour établir un lien éventuel entre les deux affaires, a par ailleurs expliqué une source proche du dossier. Deux enquêtes sont actuellement  en cours : l'une à Bordeaux, l'autre à Nanterre (Hauts-de-Seine). Grièvement blessé après des échanges de tirs avec les policiers qui le poursuivaient, le suspect n’a pas pu être entendu. Ce lundi, son pronostic vital n'était plus engagé rapporte le parquet de Bordeaux. Peu de détails ont filtré sur sa personnalité. Originaire d'Europe de l'Est, aucun élément allant dans le sens d'une possible radicalisation n'ont été découvert par les enquêteurs.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter