Bordeaux : un homme suspecté d'avoir jeté son bébé dans la Garonne

 Bordeaux : un homme suspecté d'avoir jeté son bébé dans la Garonne

INFANTICIDE – Une vingtaine de policiers et pompiers s'affairaient mardi soir près d'un ponton, à Bordeaux, dans l'espoir de retrouver un bébé de 4 mois qui aurait été jeté par son père dans la Garonne. En vain.

Le père de famille bordelais a-t-il volontairement commis l'irréparable ? C'est ce qu'assure un témoin qui, en début de soirée mardi, a contacté Police secours pour indiquer qu'un homme venait de jeter dans la Garonne un bébé du haut du ponton de la station de navettes fluviales Jean-Jaurès, rapporte le quotidien  Sud Ouest . 

La piste de l'infanticide privilégiée

Aussitôt arrivés sur place, les secours interpellent l'homme en question. A ses côtés, une poussette. Vide. S'y trouvait quelques minutes plus tôt un bébé de 4 mois. Le bébé est-il malencontreusement tombé dans la Garonne où son père l'y a-t-il sciemment jeté ? Les enquêteurs semblent privilégier la seconde hypothèse, au regard de l'âge de l'enfant et du contexte familial de cet homme, âgé de 31 ans et habitant de Gradignan.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme serait en effet séparé de sa compagne – une rupture très difficile à gérer pour lui. Soupçonné d'infanticide, il a été rapidement placé en garde à vue. En attendant, les recherches menées mardi soir dans la Garonne n'ont rien donné. Mais compte-tenu de la température, du courant et de la marée montante, les secours avaient peu d'espoir, mardi soir, de retrouver le corps du nourrisson.

EN SAVOIR + >> Retrouvez tous nos faits divers

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 20.000 cas en 24h, la décrue se poursuit à l'hôpital

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

EN DIRECT - Procès Lelandais : "J'ai dit ce qui s'est passé", conclut l'ancien maître-chien

"Parfois, je m'auto-énerve" : la joueuse de tennis Alizé Lim se confie sur son expérience de HPI

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.