DOCUMENT LCI - Les images de l'arrestation à Boussy-Saint-Antoine

DirectLCI
TÉMOIGNAGE– Trois femmes soupçonnées d'avoir voulu commettre un "attentat imminent" dans une gare francilienne, notamment contre des policiers, ont été interpellées jeudi soir à Boussy-Saint-Antoine (Essonne). Une habitante du quartier, qui a filmé toute la scène, raconte à LCI ce qu'elle a vu.

Comme tous les jours après sa journée de travail, Sophie*, 22 ans, regagnait jeudi 8 septembre son domicile de Boussy-Saint-Antoine, dans l'Essonne. En sortant de la gare, elle a tout de suite repéré quelque chose "d'anormal". 


"Il y avait plusieurs fourgons de police devant la gare, les policiers étaient lourdement armés. C'était vraiment extraordinaire. Je me suis posé des questions, et je suis rentrée chez moi", nous explique-t-elle. A quelques mètres  du lieu où elle vit, des policiers partout, " des barrages", "une agitation". "Il y parfois des histoires entre jeunes, comme partout, mais là, c'était autre chose". 


Quelques minutes plus tard, sous ses yeux, trois femmes soupçonnées d'avoir voulu commettre un "attentat imminent" dans une gare francilienne, notamment contre des policiers, ont été arrêtées avenue Jean Moulin.  L'une d'entre elles, Inès M., est également soupçonnée d'être liée à l'enquête antiterroriste sur les bonbonnes de gaz retrouvées le week-end dernier dans une voiture en plein Paris.

Lire aussi

C'était évident, il y avait un lien avec le groupe Etat islamiqueSophie


Comme d'autres voisins, Sophie a entendu les détonations. "Je ne sais pas précisément combien il y a eu de coups de feu. Certains parlent de cinq, je ne peux pas l'affirmer, mais c'était en deux temps je crois". Elle poursuit : "Des policiers faisaient des sommations. J'ai entendu notamment  'Arrêtez-vous' à plusieurs reprises et 'Restez couchées" . Une des filles a crié quelque chose comme 'Ya Allah' ou 'Allah yallah'. 


Sophie raconte avoir vu également " des policiers avec une dame à terre" et "un policier courir". "Une des filles a crié plusieurs fois Allahu Akbar. Là, c'était évident pour tout le monde, il y avait un lien avec le terrorisme et le groupe Etat islamique".  


Au cours de l'intervention, une des femmes a blessé un policier avec un couteau. Une autre a été blessée par balles après avoir tenté de s'en prendre à un autre policier. "Les pompiers sont tout de suite intervenus, suivis par le Samu. On a vu quelqu'un pris en charge sur un brancard. A ce moment-là, je ne savais pas qui c'était".  

Lire aussi

Tout le monde était choquéSophie

Les trois femmes ont été arrêtées au cours de la soirée, vers 20 heures. Inès M., blessée, a été hospitalisée. Les deux autres femmes ont été placées en garde à vue.


 "Après les interpellations, le quartier est resté bouclé pendant un moment. Les habitants sont descendus dans la rue, pour échanger. C'est un quartier habituellement sans histoire. Tout le monde était choqué et avait besoin de parler. Pour ma part, je n'ai pas fermé l'œil de la nuit. Je revoyais les images en boucle" . 


Ce vendredi, le calme était revenu à Boussy-Saint-Antoine. Dans une lettre aux Buxaciens, le maire PS de la ville, Romain Colas, écrit : "Rien n’indique que des risques particuliers pèsent à cette heure sur la commune". L'édile précise que "pour autant, au cours de la nuit, le Directeur départemental de la sécurité publique et moi-même avons convenu du maintien dans notre ville d’un dispositif policier dans le secteur concerné et autour des équipements publics, notamment des écoles et du collège Dunoyer de Segonzac". 


*Le prénom a été modifié

En vidéo

Arrestation à Boussy-Saint-Antoine : le maire rend hommage aux forces de l'ordre

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter