Bretagne : un couple soupçonné d'avoir démembré un homme… pour sa carte bleue

Bretagne : un couple soupçonné d'avoir démembré un homme… pour sa carte bleue

FAIT DIVERS - Un couple, connu des services de police, est soupçonné d’avoir tué un homme dans la nuit de vendredi à samedi dans le Morbihan, dans le but de lui extorquer sa carte bleue. Le cadavre avait été retrouvé découpé et brûlé.

Un homme, âgé de 38 ans, a été retrouvé mort, démembré et calciné ce dimanche dans une maison de Melrand, entre Pontivy et Lorient, en Bretagne. La gendarmerie a été alertée par l’occupante des lieux, une femme de 35 ans. Avec son conjoint (36 ans), elle a été placée le soir même en garde à vue, puis en détention provisoire. Depuis le tandem se rejette la faute.

Qu’ont découvert les gendarmes sur place ?

La scène est macabre : "des ossements calcinés ont été retrouvés dans la cheminée, ainsi que le buste d'un homme découpé, dissimulé dans un sac poubelle retrouvé dans un hangar tout proche du domicile", détaille à l'AFP la procureure de Lorient, Laureline Peyrefitte. 

Qui était la victime ?

L’homme assassiné était tout juste sorti de détention, le 26 janvier. Il "venait de purger une peine de trois mois de prison pour des faits de refus d'obtempérer et de récidive de conduite sous l'empire d'un état alcoolique", selon le parquet. L’ancien détenu, originaire d’Erdeven, n’aura pas profité longtemps de sa libération. Le soir même, il a voulu fêter sa sortie chez un ami rencontré à la maison d’arrêt de Ploemeur et libéré un jour avant lui. Il sera tué quelques heures plus tard.

Que s’est-il passé ?

D’après les premiers éléments de l’enquête, les trois personnes ont consommé alcool et stupéfiants puis la soirée a dégénéré. Le couple a "cherché à extorquer par la violence la carte bancaire et le code confidentiel de la victime", explique Laureline Peyrefitte. Les coups pleuvent. L’autopsie démontre la violence extrême exercée : au moins dix coups de couteau mais qui n’auraient "pas directement entraîné la mort. Des traces de violences graves ont été également localisées au niveau de la cage thoracique faisant penser à de violents coups de pied", souligne la magistrate. Le couple aurait ensuite tenté de couvrir leur crime, en découpant le corps puis en le brûlant.

Un ou deux meurtriers ?

Depuis la découverte du cadavre, les deux concubins s’accusent mutuellement. Tous deux sont déjà connus des services de l’ordre pour des affaires de trafic de produits stupéfiants, de vol aggravé et de violences. Après leur garde à vue, l’homme et sa compagne ont été déférés mardi soir devant un juge d’instruction et mis en examen "pour des faits de meurtre précédés du crime d'extorsion mais aussi de détention de produits stupéfiants",  ajoute Laureline Peyrefitte. 

Selon Le Télégramme, Gilles Régnier, l'avocat de la femme, a tenté d’obtenir la remise en liberté de sa cliente arguant qu’"il s'agit d'une femme sous influence, à la fois de son compagnon et de la cocaïne." "C'est une affaire sordide et dégoûtante mais où jamais elle n'avoue la commission des faits", a-t-il défendu.

Son compagnon a de son côté expliqué avoir agi "par amour éperdu" en acceptant d’aider "à découper le cadavre". "J'ai du mal à comprendre comment j'ai pu la suivre aussi loin dans ses délires", a-t-il confié au procureur Mathieu-Jean Thomas.

  Le couple encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un premier cas du variant Omicron détecté aux États-Unis

Présidentielle 2022 : les équipes d'Eric Zemmour partent à la chasse aux parrainages

EN DIRECT - Présidentielle : "Eric Zemmour a créé sa campagne sur des propos chocs et il se plaint aujourd'hui"

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Variant Omicron : le PDG de Moderna juge prématuré de se prononcer sur l'efficacité de la 3e dose

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.