Bruxelles : deux Belges inculpés pour un projet d'attentat en France

DirectLCI
TERRORISME - Le parquet belge a confirmé ce lundi l'information de médias belges selon laquelle un projet d'attentat en France a été déjoué ce week-end. Les suspects -un couple belge originaire d'Iran- ont été interpellés samedi à Woluwe-Saint-Pierre.

La police belge a déjoué ce week-end un projet d'attentat qui devait être commis en France. Le parquet belge a confirmé lundi cette information donnée par des médias belges, selon laquelle un couple d'origine iranienne a été interpellé samedi à Woluwe-Saint-Pierre, à l'est de Bruxelles. 


Selon la RTBF, la police a retrouvé dans la voiture du couple du matériel servant à confectionner une bombe, dont 500 grammes d'explosif TATP et un détonateur. 

Une conférence visée

Dans un communiqué, le parquet fédéral belge a indiqué que Amir S., 38 ans et son épouse Nasimeh N., 33 ans, de nationalité belge "mais d'origine iranienne", ont été placés "sous mandat d'arrêt" et "inculpés de tentative d'assassinat et de préparation d'une infraction terroriste".  Un contact du couple, Assadollah A., 46 ans, de nationalité iranienne, a également été interpellé en Allemagne. Il s’agit d’un diplomate iranien auprès de l’ambassade autrichienne à Vienne.


Selon les informations communiquées lundi, le couple voulait viser ce samedi la conférence, à Villepinte (Seine-Saint-Denis), organisée par les Moudjahidines du peuple iranien, parti d’opposition interdit en Iran, lors de laquelle 25.000 personnes étaient présentes.

Interpellations en France

En France, trois personnes d'origine iranienne ont également été interpellées et placées en garde à vue samedi, a-t-on appris de source judiciaire française, précisant qu'une enquête préliminaire avait été ouverte le 28 juin par le parquet de Paris du chef d'association de malfaiteurs terroriste criminelle. Les gardes à vue de deux de ces personnes ont été levées lundi soir en l'absence d'élément incriminant. La troisième garde à vue se poursuit pour préciser la nature des relations que cette personne pouvait entretenir avec les suspects interpellés en Belgique.


Les autorités belges ont précisé que cinq perquisitions avaient été effectuées samedi en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles mais se sont refusées à en communiquer les résultats. Aucune piste n'est explicitement privilégiée mais les Moudjahidines du peuple y voient la main de Téhéran, notamment en raison de l'implication présumée d'un diplomate iranien.  "L'Iran condamne sans équivoque toute forme de violence et de terrorisme, où que ce soit, et est prêt à travailler avec toutes les parties concernées pour dévoiler ce qui est un stratagème sinistre mené sous une fausse bannière", a répliqué Téhéran lundi soir par la voix de son ministre des Affaires étrangères.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter