Bulgarie : le Français proche des frères Kouachi va être extradé

FAITS DIVERS

DJIHADISME - La Bulgarie a décidé mardi l'extradition vers la France de Fritz-Joly Joachin, le Français proche des frères Kouachi, auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo à Paris. Un autre suspect, arrêté en Turquie, devrait également regagner la France dans les prochains jours.

Fritz-Joly Joachin devrait être extradé dans les 24 heures. La justice bulgare a en effet répondu favorablement à la demande de la France sur le transfèrement de celui que les enquêteurs français soupçonnent de liens étroits avec les frères Kouachi, auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo.

Ce Français de 29 ans avait été arrêté en Bulgarie le 1er janvier, avec son fils de 3 ans, au titre, à l'origine, d'une première procédure lancée contre lui par le tribunal de Bobigny pour "enlèvement d'enfant" après la plainte de la mère du mineur. Le 11 janvier, la justice française avait émis un mandat d'arrêt contre lui, cette fois pour "participation à un groupe criminel armé dont l'objectif était l'organisation d'actes terroristes".

Un autre suspect français extradé

Selon son avocat, son client, qui se dit "innocent" et ne redoute pas une condamnation en France, a admis qu'il connaissait Chérif et Saïd Kouachi , uniquement dans le cadre de relations professionnelles. Mais pour les enquêteurs, au moment de son interpellation, Fritz-Joly Joachin faisait route vers la Syrie, tout comme trois autres personnes, soupçonnées d'avoir été en contact avec les frères Kouachi : Cheikh Diakhaby, condamné en 2006 pour être illégalement entré en Irak, et deux femmes turques, Fehimé Aksoy et Imané Chanaa. Le nom de cette dernière est bien connu du Renseignement, son frère Younès étant détenu dans le cadre d'une enquête pour participation présumée à un réseau de recrutement en Europe de djihadistes pour le compte de l'Etat islamique.

Si les deux femmes ont pu poursuivre leur voyage, Cheikh Diakhaby a, lui, été arrêté in extremis le 2 janvier en Turquie. Il devrait également être expulsé vers la France d'ici à "quelques jours". Selon une source proche du dossier, "la question est désormais de savoir si ce petit groupe, proche des Kouachi, a tenté de regagner la Syrie peu avant les attentats pour se mettre à l'abri de possibles poursuites".

Lire et commenter